Lundi 6 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:02

Burkina Faso Violences djihadistes: 150'000 déplacés en 3 semaines

L'ONU tire la sonnette d'alarme sur la situation au Burkina Faso. Au total, les violences djihadistes et de groupes militants ont fait 770'000 déplacés.

Des femmes et des enfants sont assis devant une maison qui accueille des personnes déplacées, Burkina Faso (2 février 2020).

Des femmes et des enfants sont assis devant une maison qui accueille des personnes déplacées, Burkina Faso (2 février 2020). Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les violences djihadistes et de groupes militants au Burkina Faso ont déplacé 150'000 personnes ces trois dernières semaines. Le total s'approche désormais de 770'000, dont 90% ont fui depuis un an, a annoncé vendredi l'ONU à Genève.

«C'est extrêmement complexe», a dit devant la presse un porte-parole du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR). L'accès de l'agence onusienne aux personnes à assister est «problématique» en raison de l'insécurité.

De son côté, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) mentionne même plus de 790'000 déplacés. Le nombre et l'intensité des attaques dans toute la région ont augmenté.

Chaque jour depuis début janvier, plusieurs milliers de personnes fuient les violences. Outre les assassinats, plusieurs viols et des dégradations sont perpétrés, a également affirmé l'ONU. (ats/nxp)

Créé: 21.02.2020, 14h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.