Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:19

ONU Le virus pourrait indirectement tuer jusqu'à 6000 enfants par jour

Les enfants vivant dans des pays pauvres vont souffrir de la couverture sanitaire perturbée par les efforts pour lutter contre l'épidémie.

L'Asie du Sud serait la région la plus touchée, devant l'Afrique subsaharienne et l'Amérique du Sud.

L'Asie du Sud serait la région la plus touchée, devant l'Afrique subsaharienne et l'Amérique du Sud. Image: Keystone/AP/JEROME DELAY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La lutte contre le coronavirus pourrait avoir des effets indirects dévastateurs dans les pays pauvres. Elle pourrait provoquer la mort de 6'000 enfants chaque jour dans les six prochains mois, a mis en garde mercredi l'Unicef, appelant à une action urgente.

Selon le pire des trois scénarios envisagés dans une étude de l'université américaine Johns Hopkins, jusqu'à 1,2 million d'enfants de moins de cinq ans vivant dans 118 pays pourraient mourir en six mois, victimes d'une couverture sanitaire perturbée par les efforts pour lutter contre la propagation du coronavirus, explique l'agence onusienne dans un communiqué.

Ces décès s'ajouteraient aux 2,5 millions d'enfants de cette tranche d'âge qui meurent déjà chaque semestre dans ces pays. Sur la même période, jusqu'à 56'700 femmes pourraient également succomber en raison d'une baisse des soins avant et après l'accouchement, en plus des 144'000 qui meurent à l'heure actuelle.

«Décennies de progrès» annulées

Ce bilan annihilerait «des décennies de progrès dans la réduction des morts évitables chez les enfants et les mères», a déploré la directrice de l'Unicef, Henrietta Fore. «Nous ne devons pas laisser les mères et les enfants être les victimes collatérales du combat contre le virus», a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Dans des pays marqués par des systèmes de santé défaillants, le Covid-19 perturbe les chaînes d'approvisionnement en médicaments et l'accès à la nourriture. Elle fait également pression sur les ressources humaines et financières, explique l'étude, publiée dans la revue «The Lancet Global Health».

Les mesures de lutte contre le coronavirus - confinement, couvre-feu, restrictions des déplacements - et l'inquiétude des populations font baisser le nombre de visites dans les centres de santé et d'actes médicaux vitaux.

Vaccinations interrompues

L'étude évoque notamment le planning familial, les soins pré et post-nataux, les accouchements, les vaccinations ainsi que les services de prévention et de soins. L'Unicef souligne qu'à la mi-avril, plus de 117 millions d'enfants dans 37 pays pourraient ainsi ne pas avoir été vaccinés contre la rougeole alors que les campagnes de vaccination ont été interrompues par la pandémie.

L'Asie du Sud serait la région la plus touchée, devant l'Afrique subsaharienne et l'Amérique du Sud avec des bilans particulièrement élevés au Bangladesh, en Inde, au Brésil, en République démocratique du Congo et en Éthiopie.

Il faut «agir maintenant pour stopper la propagation de la maladie, aider les malades et protéger les personnels d'urgence», affirme l'Unicef qui appelle chaque pays concerné à «continuer à travailler pour limiter les effets indirects sur les enfants» lorsque l'épidémie aura ralenti.

(ats/lematin.ch)

Créé: 13.05.2020, 11h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.