Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 16:35

Sciences Un volcan se réveille-t-il au cœur de l’Europe?

Une ancienne zone volcanique de l’ouest de l’Allemagne montre des signes d’activité, selon une étude. Elle est très peuplée...

Dans la région de l'Eifel, des lacs ses sont formés dans certains cratères de volcans endormis, comme ici la maar de Schalkenmehrener.

Dans la région de l'Eifel, des lacs ses sont formés dans certains cratères de volcans endormis, comme ici la maar de Schalkenmehrener. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On pensait que les seuls volcans actifs en Europe étaient en Italie et en Islande. Mais voilà qu’une ancienne zone volcanique située au cœur de l’Europe montre des signes d’activité, selon une récente étude parue dans Geophysical Journal International. Il s’agit de la région de l'Eifel, à l’ouest de l’Allemagne, non loin de Bonn, près de la frontière belge.

La dernière éruption dans cette zone remonte à 11 000 ans. Mais des signes indiquent qu’elle n’est plus endormie. Selon l’étude, le terrain serait en train de s'élever jusqu'à 1 millimètre par an. «Cela peut sembler insignifiant, mais à l'échelle des temps géologiques, c'est énorme. Et c'est surtout dix fois plus rapide que la moyenne des 800 000 dernières années», commente Futura.

«Un ingrédient clé du volcanisme»

L’explication? Selon les chercheurs ces déformations de surface seraient liées à la présence d’un panache, soit une remontée de roches anormalement chaudes provenant du manteau terrestre. «Ces panaches permettent d'évacuer de la chaleur du manteau et sont associés à des points chauds induisant une activité volcanique à l'intérieur des plaques», note Futura. Des dégagements de fumée et des mini-séismes ont aussi été observés ces dernières années sous le lac de Laach, situé dans un cratère volcanique.

«Nos résultats montrent que des roches chaudes du manteau sont en train de remonter à la surface, ce qui est un ingrédient clé du volcanisme», avance l’Américain Corné Kreemer. principal auteur de l’étude. «Bien que la zone semble dormante aujourd'hui, on peut s'attendre à une activité future», prévient-il.

Une activité future, peut-être, mais une prochaine éruption certainement pas, selon les spécialistes. Et heureusement: «Si quelque chose devait arriver, ce serait catastrophique étant donné la densité de population autour de l'Eifel», a expliqué Corné Kreemer dans une interview à Newsweek.

Une «terra incognita»

«Je ne vois aucun danger pour les personnes ou les infrastructures, même pas dans les 1000 prochaines années», a cependant rassuré Thomas Dreher, de l'office du Land de Rhénanie-Palatinat pour la géologie et l'exploitation minière.

Interrogé par la RTBF, le chef du service de sismologie de l’Observatoire royal de Belgique Michel Van Camp ne se montre pas inquiet non plus. Mais il prévient: «Il ne faut pas s’inquiéter au sens de semer la panique et évacuer Coblence. Par contre, je pense qu’il est du devoir des gouvernements, et particulièrement du gouvernement allemand, de débloquer des moyens – et ils sont en train de le faire – pour vraiment aller étudier de manière beaucoup plus fine ce qui se passe dans l’Eifel, qui reste finalement une terra incognita.»

R.M.

Créé: 17.06.2020, 17h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.