Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:15

Hackers en Russie Ils volent 16 millions de francs à des banques

Plusieurs banques russes ont été victimes d'un piratage informatique fructueux. Les montants dérobés dépassent un milliard de roubles.

Les pirates se sont servis d'un logiciel baptisé Colbat Strike.

Les pirates se sont servis d'un logiciel baptisé Colbat Strike. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des hackers ont dérobé plus d'un milliard de roubles (16 millions de francs environ) à des banques russes en se servant d'un logiciel baptisé Colbat Strike servant à tester les failles de sécurité informatique, a indiqué le gouverneur adjoint de la banque centrale de Russie, mardi.

Vingt-et-une «vagues d'attaques» menées à l'aide de ce logiciel ont été recensées en 2017, a déclaré Dmitry Skobelkine, lors d'une conférence sur la sécurité informatique organisée dans la ville de Magnitogorsk. «Plus de 240 organismes de crédit ont été touchés par ces attaques, dont onze ont atteint leur but. Les montants dérobés dépassent un milliard de roubles», a-t-il ajouté.

La Russie est soupçonnée par les Européens et les Américains d'avoir mené des opérations de piratage de certains intérêts occidentaux, des accusations que les autorités russes réfutent. Le pays soutient être, lui aussi, la cible de fréquentes cyberattaques qu'elle s'emploie à combattre. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2018, 17h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.