Vendredi 5 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:33

Etats-Unis Un voleur reste condamné à 241 années de prison

Bobby Bostic avait commis plusieurs vols avec violence à l'âge de 16 ans. Sa peine extrêmement lourde a été confirmée par la justice américaine.

Bobby Bostic reste en prison.

Bobby Bostic reste en prison. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour suprême des Etats-Unis a rejeté lundi l'appel d'un homme condamné à 241 années de prison dans le Missouri pour une journée de violents vols à main armée commis à l'âge de 16 ans. Cette décision de la haute cour revient à confirmer la sentence extrêmement lourde infligée à Bobby Bostic, qui ne pourra théoriquement prétendre à une libération conditionnelle qu'une fois atteint l'âge de 112 ans.

Le 12 décembre 1995, l'adolescent avait commis plusieurs vols sur la voie publique, avec un complice âgé de 18 ans. Il avait tiré en direction d'une de ses victimes, qui n'avait été qu'éraflée par la balle. Les deux jeunes avaient aussi agressé une femme, dont ils avaient dérobé la voiture. Au total, M. Bostic s'est retrouvé inculpé de 18 infractions pénales, criminelles dans leur majorité.

La juge de la ville de St. Louis qui l'avait condamné avait pris la décision de cumuler les peines et non de les confondre. Cette magistrate, Evelyn Baker, a longtemps après admis que cette réclusion de 241 années, équivalant à la perpétuité, avait une durée disproportionnée.

Peine inhabituelle

Dans son appel à la Cour suprême, Bobby Bostic demandait à être rejugé et à bénéficier du 8e amendement de la Constitution américaine qui bannit les «peines cruelles ou inhabituelles».

En 2010, la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis a pourtant interdit l'emprisonnement à vie d'une personne mineure n'ayant pas commis d'homicide, ce qui est le cas de Bobby Bostic. En 2012, la haute cour a étendu cette interdiction aux mineurs auteur d'un homicide, puis a jugé en 2016 que la mesure pouvait s'appliquer rétroactivement.

Pourquoi, dans ces conditions, Bobby Bostic, ne bénéficie-t-il pas de cette jurisprudence? Car les procureurs du Missouri maintiennent, premièrement, qu'elle s'applique à un crime unique et, deuxièmement, que Bostic a été condamné à une très longue peine et non à la perpétuité. (afp/nxp)

Créé: 23.04.2018, 18h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.