Lundi 27 janvier 2020 | Dernière mise à jour 00:12

Thaïlande «Nous voulons montrer le pouvoir du peuple»

Une manifestation réclamant la «démocratie» s'est tenue samedi à Bangkok, à l'appel du milliardaire et opposant Thanathorn Juangroongruangkit.

«Aujourd'hui, nous sommes rassemblés et nous voulons leur dire que nous n'avons pas peur», a déclaré Thanathorn Juangroongruangkit.

«Aujourd'hui, nous sommes rassemblés et nous voulons leur dire que nous n'avons pas peur», a déclaré Thanathorn Juangroongruangkit. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers de personnes ont répondu samedi à Bangkok à l'appel d'un des principaux opposants thaïlandais, Thanathorn Juangroongruangkit, pour la première manifestation d'envergure depuis les élections controversées de mars.

Troisième force politique du pays

Ces législatives ont été remportées par le général Prayut Chan-O-Cha, au pouvoir depuis le coup d'Etat de 2014 et désormais à la tête du gouvernement civil.

Les manifestants brandissaient des pancartes réclamant la démocratie et faisaient avec trois doigts le signe de ralliement des partisans de Future Forward, dirigé par le milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit.

Ce parti est devenu en mars la troisième force politique du pays avec plus de six millions de voix, en particulier celles de jeunes Thaïlandais inquiets du rôle joué par l'armée en politique. Le chef de Future Forward a lancé un appel à manifester à tous ceux qui «ne peuvent plus tolérer les conditions sociales actuelles».

«Nous n'avons pas peur»

«Nous voulons montrer le pouvoir du peuple qui ne se soumettra jamais», a-t-il crié dans un mégaphone à la foule de manifestants.

«Aujourd'hui, nous sommes rassemblés et nous voulons leur dire que nous n'avons pas peur», a-t-il ajouté alors que les manifestants scandaient «vive la démocratie».

La police a indiqué samedi à l'AFP qu'environ 150 policiers devaient être déployés dans le centre touristique de Bangkok à l'occasion de la manifestation.

«Je ne crois pas que nous ayions une véritable démocratie», déclare Nithiwadee qui tient une pancarte demandant une réforme de la Constitution. «Ce parti a le courage de dire ce que d'autres ne disent pas», ajoute-t-elle.

Dans le viseur de l'armée

Après le coup d'Etat de 2014 et l'arrivée de la junte militaire au pouvoir, aucune manifestation de masse n'a été organisée.

La popularité de Future Forward a irrité l'armée et ses soutiens. Les responsables du parti sont en butte à diverses actions en justice depuis les élections de mars.

Le parti est notamment menacé de dissolution en raison d'accusations de prêts illégaux envers son chef. L'affaire a été soumise vendredi à un tribunal, le même que celui qui a déchu fin novembre le milliardaire de son mandat de député.

Agé de 41 ans, Thanathorn Juangroongruangkit soutient que les accusations contre lui et son parti sont politiquement motivées.

Coup d'Etat de 2006

Les tribunaux thaïlandais jouent un rôle central pour éliminer l'opposition et aucun gouvernement civil n'est arrivé au bout de son mandat depuis 2006, année depuis laquelle la violence domine la scène politique thaïlandaise, avec le coup d'Etat militaire contre le gouvernement démocratiquement élu de Thaksin Shinawatra.

En 2010, l'armée, conduite par le général Prayut, a ouvert le feu sur des manifestants prodémocratie rassemblés dans le centre de Bangkok, faisant plus de 90 morts. Depuis 1932, la Thaïlande a connu plus d'une dizaine de coups d'Etat. (afp/nxp)

Créé: 14.12.2019, 16h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.