Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 16:26

France Le voyage au Tchad de Benalla qui fait jaser

Le déplacement de l'ex-collaborateur de la présidence en Afrique quelques jours avant Emmanuel Macron soulève des questions.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déjà empêtré dans la crise des «gilets jaunes», le président Emmanuel Macron voit se profiler un sujet embarrassant avec le voyage au Tchad d'un de ses anciens collaborateurs, Alexandre Benalla, qui refait parler de lui après avoir été à l'origine d'une retentissante affaire au début de l'été.

Le gouvernement garde en mémoire le souvenir cuisant des images de M. Benalla interpellant sans ménagements des manifestants à Paris alors qu'il n'avait aucune autorité pour le faire, mettant en lumière son rôle opaque à la présidence, provoquant une tempête politique.

Or, M. Benalla refait parler de lui, à l'occasion d'un voyage qu'il a effectué au Tchad quelques jours avant une visite officielle d'Emmanuel Macron, au cours duquel il a notamment rencontré le président Idriss Déby.

Dans un communiqué transmis à l'AFP mercredi matin, l'ancien chargé de mission de l'Élysée explique qu'il accompagnait «une délégation économique étrangère dans le cadre d'investissements qu'ils vont effectuer sur place», pour un projet industriel de 250 millions d'euros.

«Un coup de main»

«Ça n'a rien à voir avec Emmanuel Macron, rien à voir avec l'Élysée, rien à voir avec la présidence de la République», a assuré à l'AFP l'entourage de l'ancien collaborateur, chargé notamment des questions de sécurité. Selon cette source, Alexandre Benalla a «donné un coup de main» à «quelqu'un qu'il connaît depuis 2012».

Il s'agissait de «grands patrons du Moyen-Orient (...) susceptibles de créer 3000 emplois au Tchad, de construire des usines», a dit le chargé de mission à l'Express, sans en préciser les noms.

Durant sa mission à N'Djamena début décembre, il a notamment rencontré pendant deux heures le président tchadien Idriss Deby, allié clé de la France dans les opérations antidjihadistes au Sahel.

Mise en lumière lundi par le journal Le Monde, cette visite a poussé l'Elysée à réagir, notamment parce qu'elle a eu lieu trois semaines avant la visite du président Macron à N'Djamena, pour un réveillon de Noël ce week-end auprès des troupes françaises.

«Je ne me tairai plus»

«Quelles que soient les démarches qu'entreprend M. Benalla, il n'est pas un émissaire officiel ou officieux de la présidence de la République. S'il se présentait comme tel, il est dans le faux», a assuré l'Élysée à l'AFP mardi soir.

Des mots qui ont fâché M. Benalla, épinglant «certaines personnes de l'entourage du président», les qualifiant de «diffamatoires», «calomnieux» et «irresponsables». «Je ne me tairai plus» a-t-il menacé.

L'ancien collaborateur de l'Élysée a par ailleurs affirmé avoir «tenu informé la plus haute autorité française de l'ensemble de (s)es déplacements à l'étranger, et de leur nature», rappelant qu'il «n'exerce plus aucune fonction» à l'Élysée «depuis le 1er août 2018».

«Alexandre Benalla n'a pas informé l'Élysée de ses déplacements avant de les effectuer, mais uniquement de manière récente la semaine dernière», alors qu'émergeaient les premières «rumeurs de presse», a répondu la présidence à l'AFP mercredi.

Cet imbroglio remet sur le devant de la scène l'homme à l'origine de la plus retentissante affaire de la présidence Macron. D'abord dissimulée par l'Élysée, l'interpellation illicite a conduit à l'inculpation de M. Benalla pour «violences volontaires», et à une tempête politique, marquée par une commission d'enquête parlementaire.

«Un personnage vraiment obscur»

Alexandre Benalla est «un personnage vraiment obscur», «toujours là où il ne faut pas», a jugé le député de gauche radicale Eric Coquerel.

«Il faut qu'il nous explique très clairement pourquoi il est allé au Tchad, dans quelles conditions, de manière qu'on ne puisse pas supposer qu'il y a un lien entre ce qu'il fait et la démarche de Macron», a aussi estimé le député Rassemblement national (extrême droite)Gilbert Collard.

«Je trouve ça bien que l'Élysée clarifie sa position vis-à-vis de M. Benalla, inquiétant que M. Benalla se mette à menacer l'Elysée», a pour sa part affirmé le député centriste Jean-Christophe Lagarde.

Le député de la majorité LREM Jacques Marilossian a de son côté déploré ces débats, estimant que «les gens se posent d'autres questions que de savoir pourquoi M. Benalla était au Tchad». (afp/nxp)

Créé: 26.12.2018, 15h33

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.