Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:36

Accord migratoire Washington interpelle le président du Guatemala

Le président élu du Guatemala a émis des réserves au sujet de l'accord migratoire avec Washington, qui souhaite le voir respecté.

Le conservateur Alejandro Giammattei a été élu dimanche à la présidence du Guatemala.

Le conservateur Alejandro Giammattei a été élu dimanche à la présidence du Guatemala. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ont appelé le président élu du Guatemala, Alejandro Giammattei, à mettre en place l'accord migratoire conclu fin juillet entre les deux pays. Le nouvel homme fort guatémaltèque a exprimé des réserves au sujet de ce texte controversé.

«Cet accord historique ne bénéficiera qu'aux Guatémaltèques», assure dans une vidéo diffusée jeudi par la Maison Blanche le conseiller de Donald Trump pour les affaires latino-américaines, Mauricio Claver-Carone. «Ne laissons pas passer cette opportunité. Aidons-nous mutuellement», ajoute-t-il, en espagnol.

Le conservateur Alejandro Giammattei, élu dimanche à la présidence du Guatemala, a exprimé lundi dans un entretien à l'AFP sa «préoccupation» vis-à-vis de l'accord migratoire controversé conclu avec Washington par le gouvernement du président sortant Jimmy Morales.

Sans le critiquer frontalement, Alejandro Giammattei a annoncé que le texte devra être soumis à l'approbation des parlementaires guatémaltèques. Cet accord, imposé par Donald Trump sous la menace de représailles économiques, dans l'opacité et dont les termes restent flous, a soulevé un tollé au Guatemala.

«Pays tiers sûr»

Selon la Maison Blanche, le petit pays d'Amérique centrale serait dorénavant considéré comme un «pays tiers sûr» auprès duquel les demandeurs d'asile devront effectuer leurs premières démarches.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait fait part dès lundi, au lendemain de l'élection de Alejandro Giammattei, de la volonté américaine de continuer à collaborer avec le Guatemala sur le front de la lutte contre l'immigration clandestine.

Le président élu guatémaltèque, qui convient d'avoir «un fort caractère», a affirmé qu'il serait «respectueux» dans ses relations avec Donald Trump. Mais il exige de la «réciprocité» de la part de son homologue américain. (ats/nxp)

Créé: 16.08.2019, 23h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.