Lundi 30 mars 2020 | Dernière mise à jour 15:52

Venezuela Washington menace les élus «corrompus»

Certains élus vénézuéliens sont soupçonnés d'avoir accepté des pots-de-vin du pouvoir pour voter contre l'opposant Guaido.

Maduro annonce des manoeuvres militaires pour les 15 et 16 février

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a convoqué mercredi des manoeuvres militaires pour les 15 et 16 février dans les principales villes du pays, après en avoir ordonné en septembre dernier à la frontière colombienne. Ces exercices doivent préparer à la «défense des villes». Le président socialiste a cité cinq des principales agglomérations du pays: Caracas, Maracay, Valencia, Barquisimeto et Maracaibo. Militaires et miliciens avaient auparavant déjà été mobilisés, du 10 au 28 septembre 2019, le long de la frontière colombienne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les États-Unis envisagent de sanctionner des parlementaires vénézuéliens qu'ils accusent d'avoir accepté des pots-de-vin du pouvoir pour voter contre l'opposant Juan Guaido à la présidence de l'Assemblée nationale, a déclaré mercredi un responsable américain. Ils viseraient ainsi ceux «qui prennent de l'argent de personnes qui font déjà l'objet de sanctions des États-Unis».

Juan Guaido, reconnu depuis un an comme président par intérim du Venezuela par les États-Unis et plus de 50 autres pays, a été réélu dimanche à la tête du Parlement par cent députés d'opposition. Mais le pouvoir a réussi à diviser son camp: un autre élu d'opposition, Luis Parra, a aussi revendiqué la présidence de l'Assemblée à la faveur d'un vote à main levée avec le soutien de députés loyaux à Nicolas Maduro.

«Nous ne sanctionnons pas les gens en fonction de leur vote»

«Il y a des gens qui ont été corrompus et qui pourraient s'être fait repérer pour la première fois ces derniers jours», a expliqué ce haut responsable américain à des journalistes à Washington. Il a expliqué parler de «personnes qui prennent de l'argent de la part de personnes qui font déjà l'objet de sanctions des États-Unis».

«Nous ne sanctionnons pas les gens en fonction de leur vote», a-t-il assuré, tout en promettant de punir ceux qui «contribuent au comportement antidémocratique du régime, ou qui l'encouragent ou en profitent». L'administration du président américain Donald Trump a déjà imposé des sanctions draconiennes au Venezuela et à ses dirigeants pour tenter de chasser du pouvoir le président socialiste, jusqu'ici en vain. (ats/nxp)

Créé: 09.01.2020, 01h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.