Lundi 25 septembre 2017 | Dernière mise à jour 05:07

France William et Kate à Paris pour resserrer les liens

Le président François Hollande a accueilli le couple britannique venu célébrer les liens du royaume avec la France.

Vidéo: AFP

Galerie photo

Kate et William célèbrent l'«amitié» avec la France

Kate et William célèbrent l'«amitié» avec la France Le prince William et son épouse Kate ont été accueillis avec faste pour leur première visite officielle à Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le prince William et son épouse Kate ont été accueillis au palais présidentiel de l'Élysée à Paris vendredi par le président français François Hollande. Une nuée de photographes et de caméramans étaient postés, fait exceptionnel, tout au long de la cour d'honneur.

Kate, en robe-manteau vert bouteille en l'honneur de la Saint-Patrick, et William, costume-cravate bleu, sont sortis d'une Range-Rover pour entamer leur première visite officielle de deux jours en France. Comme le veut le protocole, deux «cavaliers de la Garde républicaine à pied» leur ont rendu les honneurs militaires, «dus à un prince de famille royale», sur le perron de l'Elysée.

Au-delà de la touche glamour, cette rencontre dite «de courtoisie» avec le chef de l'État français doit contribuer à conforter «la relation bilatérale franco-britannique dans un contexte d'incertitude dans l'Union européenne», a-t-on souligné à l'Elysée.

L'entretien avec le président a duré environ une demi-heure, suivi d'une promenade dans les jardins de l'Elysée. Cette visite doit rappeler toute l'importance que la France attache à sa «relation de confiance et d'amitié» avec Londres, selon l'Élysée.

Devoir de réserve

La famille royale britannique est astreinte à un strict devoir de réserve. Les sujets les plus brûlants, comme le Brexit ou le référendum d'indépendance en Ecosse, ne devaient donc pas être abordés, du moins directement, précise-t-on de même source.

«Nous sommes côte à côte» («We stand side by side»), a déclaré, selon l'Elysée, le prince William lors de cette rencontre. Le conflit en Syrie et la lutte contre le terrorisme ont été évoqués. A l'issue de leur entretien à l'Élysée, Kate et William se sont rendus à l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris, distante de seulement quelques numéros dans la même rue du Faubourg Saint-Honoré.

Dîner mondain

Le «partenariat» entre la France et le royaume «va continuer en dépit de la récente décision britannique de quitter l'Union européenne», a déclaré le fils du prince Charles dans un discours à l'ambassade. «La profondeur de notre amitié et l'intensité de notre coopération ne changeront pas».

Le couple princier devait ensuite y participer à un dîner très mondain, avec des comédiens comme l'actrice britannique Kristin Scott-Thomas, les acteurs français Audrey Tautou et Jean Reno, ou les navigateurs Armel Le Cléac'h et Alex Thomson. William et Kate doivent rencontrer samedi matin des personnes blessées lors des récents attentats perpétrés à Paris. Puis ils assisteront au match de rugby entre la France et le pays de Galles, en clôture du Tournoi des Six nations. (afp/nxp)

Créé: 18.03.2017, 00h20

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.