Mercredi 24 janvier 2018 | Dernière mise à jour 02:42
Karim Slama , Alain Morisod et Ursula Meier font partie des acteurs culturels à dénoncer les risques que fait peser la votation du 4 mars.

Karim Slama , Alain Morisod et Ursula Meier font partie des acteurs culturels à dénoncer les risques que fait peser la votation du 4 mars. Image: Keystone

Votations Des milliers d'artistes se mobilisent contre l’initiative «No Billag»

Les milieux culturels suisses lancent aujourd’hui un appel inédit à voter non le 4 mars au texte visant à abolir la redevance de la SSR. Le comité d’initiative ironise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mobilisation est sans précédent. Près de 5000 artistes helvétiques, du musicien au cinéaste en passant par l’humoriste, l’auteur et le danseur, signent aujourd’hui un «appel des créateurs culturels». Leur but: convaincre la population de voter non le 4 mars à «No Billag». L’initiative vise à abolir la taxe annuelle de 451 francs que chaque ménage verse à la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR).

«L’initiative No Billag veut supprimer la SSR, écrivent les artistes dans leur manifeste. L’existence de 13 télévisions régionales et de 21 radios locales est également menacée. Ceci ne remet pas seulement en question la libre formation d’opinion, mais aussi la tradition culturelle en Suisse: de la musique folklorique à la techno, de la série policière «Le Croque-mort» au film cinématographique, du thriller au festival d’humour.» S’ils concèdent que la SSR «n’est pas parfaite», ils souhaitent pouvoir en discuter avec un partenaire au bénéfice d’un mandat public, «ce qu’assument les médias financés par la redevance». «Nous ne voulons pas d’un dangereux monopole médiatique.»

Stress, Meury et Morisod

Cet appel inédit est né d’une rumeur outre-Sarine, celle qui voudrait que les artistes ne soutiennent pas la SSR. La Coopérative suisse des artistes interprètes (SIG) ainsi que Swissperform, la société pour les droits voisins, ont souhaité couper court à ces bruits et prouver l’inverse. «Les artistes sont très conscients du danger que représente cette initiative, non seulement pour la culture, mais aussi pour les valeurs démocratiques de notre pays, assure le coordinateur du projet, Oliver Heimgartner. Sans médias avec un mandat de service public, tous les artistes vont perdre une tribune très importante. Beaucoup seraient privés d’une part substantielle de leurs revenus.»

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 06.01.2018, 22h45

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement:

Numerique

Accès numérique illimité

Dès CHF 10.- par mois

Numerique Plus

Accès numérique illimité

+

Dès CHF 29.- par mois

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Les enquêtes du matindimanche