Vendredi 21 septembre 2018 | Dernière mise à jour 15:19
Étienne Pruvot, cardiologue au CHUV, admet que le vin «puisse contenir des substances bénéfiques pour l’organisme», mais, rappelle-t-il, l’effet protecteur de cet alcool «n’a jamais été formellement démontré».

Étienne Pruvot, cardiologue au CHUV, admet que le vin «puisse contenir des substances bénéfiques pour l’organisme», mais, rappelle-t-il, l’effet protecteur de cet alcool «n’a jamais été formellement démontré». Image: iStock

Alcool Le vin peut être un plaisir quotidien, mais à petite dose

Boire un ou deux verres de vin par jour entraîne peu de risques pour la santé. Mais l’excès d’alcool a de fortes répercussions sur le cerveau, le foie, le cœur, tout en favorisant l’anxiété et la dépression.

De quoi on parle

«Moi, je bois du vin le midi et le soir. Je crois beaucoup à la formule de Georges Pompidou: «N’emmerdez pas les Français», a déclaré le président français Emmanuel Macron, en marge du Salon de l’agriculture de Paris. Dans la foulée, il a précisé qu’il ne durcirait pas la loi Evin, qui restreint la publicité pour les boissons alcoolisées, contredisant ainsi la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui a dit récemment: «L’industrie du vin laisse croire aujourd’hui que le vin est différent des autres alcools. En termes de santé publique, c’est exactement la même chose de boire du vin, de la bière, de la vodka ou du whisky… Il y a zéro différence.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La consommation de vin fait partie intégrante de notre culture et sa production de notre économie. Il n’est donc pas surprenant que la boisson ait ses défenseurs acharnés dans le monde politique et viticole. Il est en effet facile, lorsqu’on lit l’abondante littérature scientifique consacrée à ce sujet, de souligner que tel ou tel composant du vin a une action anti-inflammatoire, qu’il retarderait l’apparition de démences, qu’il protégerait nos dents contre les bactéries pathogènes, etc.

Tout est dans la dose

Toutefois, «les preuves de ces bénéfices sont insuffisantes», souligne Jean-Bernard Daeppen, chef du Service d’alcoologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). En outre, raisonner ainsi «revient à comparer une souris à un mammouth, le pachyderme étant l’alcool». Car le vin, poursuit le médecin, «n’a pas un statut privilégié». Au même titre que la bière et les alcools forts (vodka, whisky, etc.), il contient de l’éthanol «qui est toxique et inducteur d’addiction». Toutefois, comme souvent, tout est question de dosage.

La courbe reliant la dose de vin consommée à ses effets sur l’organisme «a la forme d’un J», précise l’addictologue. En d’autres termes, boire de manière modérée, comme le fait 70% de la population suisse – c’est-à-dire 2 à 3 verres par jour pour les hommes et 1 à 2 pour les femmes, selon les recommandations en vigueur – équivaut quasi à l’abstinence, en matière d’effets. Les risques que l’on prend «sont faibles», bien qu’une consommation, même modeste, suffise à favoriser légèrement le développement du cancer du sein et du côlon. C’est ensuite que la situation commence à se gâter. À partir de 4 ou 5 verres quotidiens, la courbe dose/effets amorce sa montée, et au-delà de 7 à 8 verres, «elle devient très raide».

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 11.03.2018, 09h59

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement:

Numerique

Accès numérique illimité

Dès CHF 10.- par mois

Numerique Plus

Accès numérique illimité

+

Dès CHF 29.- par mois

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les enquêtes du matindimanche