Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:17
Sœur Bernadette souffrait d’une grave affection de la moelle épinière. À son retour de Lourdes, en 2008, la religieuse est guérie.

Sœur Bernadette souffrait d’une grave affection de la moelle épinière. À son retour de Lourdes, en 2008, la religieuse est guérie. Image: Keystone

Foi Mais comment se diagnostique une «guérison miraculeuse» à Lourdes?

Sœur Moriau est devenue la 70e miraculée du célèbre site. Depuis 160 ans, l’Église catholique met les formes pour traiter les cas et gérer de telles annonces.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son visage et sa frêle silhouette ont fait la «une» des médias français, et même au-delà, cette semaine. À 79 ans, sœur Bernadette Moriau est donc devenue le 70e cas de «guérison miraculeuse» à Lourdes, selon le décompte que tient l’Église catholique. Atteinte du syndrome de la queue-de-cheval, une grave affection qui compresse le faisceau nerveux de la partie terminale de la moelle épinière, cette religieuse a raconté comment, de retour d’un pèlerinage à Lourdes en 2008, ses maux se sont soudainement évaporés alors qu’elle priait dans la chapelle de sa communauté de Bresles, dans l’Oise.

Il aura donc fallu dix ans pour faire reconnaître cette nouvelle «guérison miraculeuse» labellisée «de Lourdes». Mais comment s’y prend l’Église catholique pour valider un tel «miracle»? Par quel cheminement, alors qu’environ une centaine de malades guéris se signalent chaque année à Lourdes, certains sont promus au rang de miraculés et d’autres non? Et pourquoi l’Église catholique met-elle autant de zèle, depuis 160 ans, à examiner ces miracles médicaux?

«La création du Bureau des constatations médicales de Lourdes remonte à 1883», rappelle Laetitia Ogorzelec-Guinchard, auteure d’une thèse en anthropologie et d’un livre sur la procédure d’authentification des guérisons miraculeuses de Lourdes*. «Dès 1858, lorsque les apparitions de la Vierge Marie dans la grotte sont rapportées par Bernadette Soubirous et que des foules affluent en quête de guérison divine, l’Église catholique, qui subit à cette époque les attaques des rationalistes, se montre méfiante par rapport à ce phénomène de piété populaire.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 17.02.2018, 22h49

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Les enquêtes du matindimanche