Mercredi 24 janvier 2018 | Dernière mise à jour 02:42
Les relations entre Romands et Alémaniques vues par le dessinateur André Paul: se vanner les uns les autres est une vieille tradition suisse.

Les relations entre Romands et Alémaniques vues par le dessinateur André Paul: se vanner les uns les autres est une vieille tradition suisse. Image: André Paul Perret/LMD

Tradition Où sont donc passés les blagues sur les Fribourgeois ou les Bernois?

La petite taille de l’Appenzellois, la grande gueule du Genevois, l’indécision du Vaudois… Entre cantons, on s’est beaucoup vanné les uns des autres. Aujourd’hui, les clichés ne sont plus ce qu’ils étaient.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jadis ou naguère, l’Appenzellois était si petit que les poils du tapis lui chatouillaient les aisselles, le Fribourgeois dormait avec ses chaussures pour ne pas salir les draps et on évitait d’enterrer le Genevois sur le dos car il n’y aurait jamais eu assez de terre pour remplir sa grande gueule.

D’un canton à l’autre, on se vannait à coups d’histoires drôles. Et il pouvait arriver qu’elles se répondent. Le Vaudois ne tarissait pas de plaisanteries sur son ancien maître, le Bernois, qu’il trouvait si lent, si lourd, si balourd. Et ce dernier lui rétorquait qu’il était lent pour permettre au Vaudois de le suivre. On aurait dit des battles de vannes au ralenti, tissées d’histoires mystérieusement apparues et ramifiées au fil du temps. Qu’en reste-t-il? Il semble qu’elles n’aient plus la cote.

L’humoriste Nathanaël Rochat le constate: «Ça a complètement disparu. J’entendais ces gags sur les Appenzellois ou les Bernois quand j’allais à l’école, mais je ne les entends plus. Aujourd’hui, un comique qui miserait sur ce genre d’histoires passerait pour un ringard. Un peu comme s’il reproduisait les vieux gags de Michel Leeb sur les Chinois. La dernière fois que j’ai entendu un truc dans ce goût-là, c’était juste avant de partir jouer à Fribourg: ma femme m’a dit de bien m’essuyer les pieds en rentrant…»

Fracture générationnelle

L’humoriste Thomas Wiesel fait le même constat: «Mon grand-père racontait des gags sur les Bernois, mais cette époque est révolue. Personnellement, je n’ai pas baigné là-dedans et je n’utilise pas les clichés sur le Valaisan, le Genevois ou le Vaudois.» Il a 28 ans et diagnostique une fracture générationnelle: «J’appartiens à une génération plus mélangée que les précédentes, pour laquelle les spécificités cantonales se sont amenuisées. Sans doute Internet a-t-il aussi beaucoup contribué à aplatir les différences régionales. Et l’humour s’est ouvert à d’autres références, notamment anglo-saxonnes. Les gags sur les cantons sont d’une époque où l’humour était plus ancré localement.»

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 17.12.2017, 09h02

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement:

Numerique

Accès numérique illimité

Dès CHF 10.- par mois

Numerique Plus

Accès numérique illimité

+

Dès CHF 29.- par mois

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Les enquêtes du matindimanche