Jeudi 18 octobre 2018 | Dernière mise à jour 16:15
Le jeune homme de 24 ans avait passé la soirée avec ses collègues avant de disparaître.

Le jeune homme de 24 ans avait passé la soirée avec ses collègues avant de disparaître. Image: Yvain Genevay/LMD

Drame Six jours après sa disparition, «Darby» a été retrouvé mort de froid

Le Valaisan de 24 ans a été découvert sans vie le 26 décembre dans un verger, à Vétroz (VS). Il est sûrement décédé le 20 décembre. Ses proches lui rendent hommage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Personne ne l’appelait par son prénom. Pour tous ceux qui appréciaient «ce bon type qui souriait tout le temps», Damien, c’était Darby. Un tempérament, fan ultime du FC Sion, super-cuisinier – son ex avait voulu l’inscrire à l’émission de télé «Top Chef» –, Darby a été retrouvé sans vie le mardi 26 décembre dans un verger de pommiers de Vétroz (VS). Ce Valaisan de 24 ans est probablement mort de froid. C’est la thèse privilégiée par la justice, a dévoilé Le Nouvelliste.

Sa famille, ses amis, ses collègues de boulot ont du mal à croire que Darby, qui «respirait la joie de vivre», n’est plus là. Leurs témoignages, touchants, permettent de mieux comprendre comment ce drame s’est noué.

Charbonnade et vin rouge

Damien a sûrement perdu la vie le mercredi 20 décembre, six jours avant que son corps ne soit découvert par un promeneur. Et dire que ce 20 décembre, c’était jour de fête. «À midi, j’ai réuni toute l’équipe, 35 personnes, dans l’entrepôt, pour le repas de fin d’année, explique Daniel Moix, patron de l’entreprise de forage Moix & Zorzi. On fait toujours la charbonnade dans les locaux. J’en profite pour distribuer les fiches de salaire avec le treizième mois. En milieu d’après-midi, j’ai donné rendez-vous aux gars le 10 janvier, après les vacances, et je suis parti.»

Le patron s’en va, mais plusieurs employés restent dans l’entrepôt. Ils écoutent de la musique, discutent et boivent du rouge. Il y a notamment Yvan et Damien. Les deux hommes travaillent ensemble depuis quatre ans. Ils sont devenus amis. «Damien était un bon type, confie Yvan. Quand il rentrait dans une pièce, on savait qu’il était là. Il était solaire.»

Ce jour-là, Damien est un des derniers à partir. «Nous avons quitté les lieux peu avant 22 h, confirme Gilles, un de ses collègues. Nous étions alors cinq ou six dans l’entrepôt.»

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 06.01.2018, 22h45

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement:

Numerique

Accès numérique illimité

Dès CHF 10.- par mois

Numerique Plus

Accès numérique illimité

+

Dès CHF 29.- par mois

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les enquêtes du matindimanche