Dimanche 18 novembre 2018 | Dernière mise à jour 06:00
Mark Bürki, à la tête de Swissquote, la plus importante banque exclusivement sur Internet, souligne l’importance de collecter un maximum d’informations digitales sur ses clients.

Mark Bürki, à la tête de Swissquote, la plus importante banque exclusivement sur Internet, souligne l’importance de collecter un maximum d’informations digitales sur ses clients. Image: Sebastien Anex/LMD

Données Votre banquier utilise l'intelligence artificielle pour tout savoir de vous

Les banques mettent à profit les avancées du Big Data pour pousser leur niveau de connaissance sur leurs «petits clients». Que savent-elles de nous?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Cela vous est peut-être arrivé lorsque vous contactez le centre d’appels d’une banque. Dès que vous atteignez un interlocuteur, ce dernier sait déjà quoi vous répondre avant même que vous vous soyez exprimé.» Celui qui dit cela n’est autre que le patron de la plus importante banque exclusivement sur Internet de Suisse, Mark Bürki, fondateur de Swissquote à Gland (VD). Son établissement est l’un des plus avancés en matière d’exploitation des technologies de l’information.

Et comment le téléphoniste peut-il savoir ce que vous allez lui dire, ou lui demander, avant même que vous n’ayez ouvert la bouche? Parce que la banque peut en savoir déjà long sur vous. Très long. L’état de vos comptes, dettes et hypothèques bien sûr. Mais aussi, si elle le veut vraiment, ce que vous avez regardé sur son site Internet, si vous vous êtes attardé sur la page consacrée aux fonds de placement, aux avoirs de 3e pilier, ou si vous avez relu les conditions générales. «Nos informaticiens recueillent la moindre information, même s’ils ne savent pas quoi en faire pour le moment. Et même si cela pose de redoutables problèmes de stockage des données. L’essentiel, c’est d’en collecter le maximum», poursuit Marc Bürki.

Révolution numérique

Les banques entrent dans une nouvelle ère, celle de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans leurs contacts avec leurs clients. Certaines d’entre elles développent, à l’image de Swissquote, les outils permettant de mieux savoir ce que font et ce que veulent leurs déposants. UBS entretient ainsi un pôle «intelligence artificielle» à Zurich intégré à son «Group Innovation Team» constitué d’une poignée de spécialistes recourant aux compétences d’une centaine de personnes en son sein.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

(Le Matin)

Créé: 04.02.2018, 09h59

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Les enquêtes du matindimanche