Lundi 21 janvier 2019 | Dernière mise à jour 01:41
Il s'agit ici de reconnaître un processus mensuel qui concerne des milliards d’êtres humains depuis des millions d’années.

Il s'agit ici de reconnaître un processus mensuel qui concerne des milliards d’êtres humains depuis des millions d’années. Image: Mihailo Milovanovic

Tabou Treize sportives osent parler de leurs règles

Fatigues, douleurs, coups de blues. Les menstruations ont un impact considérable sur la performance mais c’est comme si elles n’existaient pas. Après avoir longtemps souffert en silence, des athlètes romandes ont accepté de témoigner.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les ragnagnas, le moment des torpilles, l’Armée rouge, la visite de Michel ou les jours des mûres framboises. À travers le monde, les expressions détournées ne manquent pas pour évoquer… les règles féminines. Des Pays-Bas à la Finlande, en passant par la Russie et le Québec, ces métaphores plus ou moins élégantes permettent d’éviter de parler frontalement d’un sujet à la fois omniprésent dans notre société et soigneusement glissé sous le tapis depuis des siècles.

Les menstruations représentent l’un des derniers tabous du sport, où la plupart des sujets ont déjà été disséqués sous toutes les coutures. Quelques courageux ont même osé évoquer (du bout des lèvres) leur homosexualité. Les règles résistent encore. Par pudeur, par prudence, par ignorance surtout, à l’heure où la majorité des journalistes sportifs sont des hommes. «Ça passe mieux si j’explique un match raté par un rhume, illustre la footballeuse Sandrine Mauron, milieu de terrain du FC Zurich et internationale suisse. Si je dis que je suis passée à côté à cause de mes règles, on va répondre que je me trouve des excuses.»

Besoin de parler

Quelques sportives ont osé franchir le pas récemment. Aux JO 2016, la nageuse chinoise Fu Yuanhui a pétrifié la journaliste de la télévision étatique en expliquant en direct après sa course: «Je tiens à m’excuser auprès de mes coéquipières [du relais]. Mes règles ont commencé cette nuit, donc je me sens particulièrement fatiguée.» Malaise assuré, et pas seulement en Chine où le tampon tient encore de l’anomalie.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 10.11.2018, 22h37

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les enquêtes du matindimanche