Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 01:33

Brexit‹› Rencontre «constructive», mais la patience s'impose

Michel Barnier et Stephen Barclay ont discuté de manière constructive à Bruxelles alors que les 27 ont donné leur feu vert pour lancer des négociations «intenses».

Le secrétaire d'Etat britannique Stephen Barclay (à gauche) serre la main de Michel Barnier lors d'une réunion à Bruxelles vendredi.

Le secrétaire d'Etat britannique Stephen Barclay (à gauche) serre la main de Michel Barnier lors d'une réunion à Bruxelles vendredi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux négociateurs sur le Brexit, l'Européen Michel Barnier et le Britannique Stephen Barclay, ont eu une rencontre «constructive» vendredi à Bruxelles. Mais la «patience» s'impose sur les chances de débloquer les discussions, à 20 jours du divorce.

Au lendemain du regain d'optimisme affiché par Londres et Dublin, Michel Barnier n'a donné aucun détail sur le fond des pourparlers. «A ce stade, s'il commence à y avoir des fuites, cela voudra dire que ce n'est pas sérieux», a dit un diplomate européen. «Moins on en dit, mieux c'est», a renchéri le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

Le Brexit, c'est «comme gravir une montagne. Nous avons besoin de détermination, de vigilance et de patience», s'est contenté de déclarer Michel Barnier, après un petit-déjeuner de deux heures avec Stephen Barclay.

Depuis Chypre, le président du Conseil européen, Donald Tusk, chef d'orchestre du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du 17/18 octobre à Bruxelles, avait auparavant estimé que «la moindre chance» de trouver un accord devait être «exploitée». «Un 'no deal' ne sera jamais le choix de l'Union européenne», a-t-il redit aux médias.

«Chemin étroit»

Jeudi, les dirigeants britannique Boris Johnson et irlandais Leo Varadkar ont quelque peu ravivé l'espoir d'un accord d'ici la date fatidique du 31 octobre. Ils ont assuré entrevoir un «chemin» vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise.

Sans cependant dire concrètement comment ils comptaient sortir les négociations de l'ornière.

La secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes Amélie de Montchalin a repris vendredi la même métaphore d'un «chemin étroit, qui est encore possible», tout en jugeant «probable» un divorce brutal.

Feu vert à des négociations

Les Européens ont donné jusqu'à vendredi à Londres pour présenter un compromis acceptable, avant le sommet européen de la semaine prochaine.

Dans l'après-midi, lors d'une réunion avec Michel Barnier, les ambassadeurs des 27 ont donné leur feu vert pour lancer des négociations «intenses» avec les Britanniques, ont indiqué des sources européennes.

De son côté, la Commission européenne a annoncé que Londres et Bruxelles s'étaient «mis d'accord pour intensifier les discussions au cours des prochains jours», selon un communiqué publié à la suite de la rencontre entre Michel Barnier et Stephen Barclay.

«Farfelu»

Selon une source européenne, «la route sera longue» et «imaginer un texte d'accord pour le sommet est une idée complètement farfelue». Le traité de divorce conclu en novembre 2018 entre les 27 et l'ex-Première ministre britannique Theresa May, rejeté par trois fois par la Chambre des communes, a nécessité 18 mois de négociations.

Face aux désaccords persistants pour aboutir à un divorce à l'amiable, un «no deal» fin octobre ou un troisième report semblent être les seules options sur la table du sommet.

Faute d'accord le 19 octobre, une loi adoptée par le Parlement britannique impose au Premier ministre de demander un report de trois mois, bien que Boris Johnson ait promis un Brexit «coûte que coûte» le 31 octobre. (afp/nxp)

Créé: 11.10.2019, 14h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.