Vendredi 21 septembre 2018 | Dernière mise à jour 21:54

Santé La pollution de l'air, cause d'un diabète sur sept

La pollution atmosphérique est directement responsable de l'apparition d'un nouveau cas de diabète sur sept.

La pollution de l'air, comme ici au-dessus de Santiago (Chili), réduit la production d'insuline et favorise l'apparition de diabète.

La pollution de l'air, comme ici au-dessus de Santiago (Chili), réduit la production d'insuline et favorise l'apparition de diabète. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un nouveau cas de diabète sur sept est aujourd'hui dû à la pollution de l'air, ont estimé des chercheurs dans une étude publiée samedi. «La pollution a contribué à 3,2 millions de nouveaux cas de diabète dans le monde en 2016, ce qui représente environ 14% des nouveaux cas», ont écrit les auteurs, de la faculté de médecine Washington à Saint-Louis (États-Unis).

Le lien entre pollution atmosphérique et diabète avait déjà été avancé par des recherches antérieures. «On pense que la pollution réduit la production d'insuline et provoque des inflammations, empêchant le corps de convertir le glucose du sang en énergie», ont résumé les chercheurs, qui publient l'étude dans la revue The Lancet Planetary Health.

L'estimation de 14% est issue de données médicales de 1,7 million d'anciens combattants américains, suivis sur une durée médiane de huit ans et demi. Tous au départ avaient été choisis parce qu'ils n'avaient pas de diabète.

La France citée en exemple

Les chercheurs ont bâti un modèle statistique pour voir dans quelle mesure la pollution de l'air dans leur lieu de résidence pouvait expliquer qu'ils devenaient diabétiques. Et la comparaison a été faite avec une autre affection où cette pollution n'est pas en cause, les fractures des membres inférieurs.

Des facteurs favorisant le diabète comme le surpoids et l'obésité ont été pris en compte. «Notre recherche démontre un lien significatif entre pollution de l'air et diabète dans le monde», a affirmé dans un communiqué le professeur de médecine Ziyad Al-Aly. «C'est important car beaucoup de lobbies économiques affirment que les niveaux actuels [de rejets de polluants dans l'atmosphère autorisés] sont trop stricts et devraient être relevés. Des preuves montrent que ces niveaux actuels ne sont toujours pas suffisamment sains et doivent être abaissés», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la part de diabètes dus à l'air pollué est estimée comme plus forte dans des pays où la réglementation est moins stricte et moins bien respectée, comme l'Inde, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'Afghanistan et le Guyana. Sont cités en exemple à l'inverse «des pays plus riches tels que la France, la Finlande et l'Islande». (afp/nxp)

Créé: 30.06.2018, 02h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.