Samedi 23 mars 2019 | Dernière mise à jour 13:44

Valais Arsenic dans l'eau: solutions recherchées

Des communes valaisannes ont présenté, mercredi, les solutions qu'elles envisagent pour se conformer à la nouvelle législation relative à la quantité d'arsenic dans l'eau potable.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'eau potable ayant une teneur en arsenic de plus de 10 microgrammes par litre sera considérée comme impropre à la boisson dès le 1er janvier. Les communes valaisannes de Salvan, Finhaut, Vernayaz et Collonges ont dévoilé leurs solutions pour se mettre en conformité.

«Nous sommes confrontés à un défi d'envergure puisque les sources présentes sur nos territoires respectifs contiennent naturellement un faible taux d'arsenic», ont expliqué mercredi les présidents des collectivités en question.

L'eau peut contenir certains métaux lourds, comme l'uranium ou l'arsenic, qui à faible teneur, sont sans danger pour la santé. Concernant l'arsenic, la limite s'élevait jusqu'ici à 50 microgrammes par litre.

Suivant une recommandation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Suisse a décidé d'abaisser cette valeur à 10 microgrammes, obligeant plusieurs communes, notamment en Valais, dans les Grisons et au Tessin, à mettre en conformité leur réseau.

Collaboration avec une entreprise

Les élus ne remettent pas en question la valeur maximale préconisée par l'OMS, mais plutôt «l'abaissement brutal et drastique» de la norme, ne tenant pas compte des spécificités territoriales et géologiques de certaines communes.

L'eau potable consommée dans ces communes affiche une teneur en arsenic entre 12 et 24 microgrammes par litre, soit bien en deçà des taux tolérés jusqu'ici, font-ils remarquer.

Les quatre communes ont décidé de traiter cette problématique de manière régionale, en collaboration avec le groupe SEIC-Télédis, l'un des principaux acteurs énergétiques du Valais.

Différentes solutions

Concrètement, il s'agit soit de trouver de nouvelles sources ou d'exploiter des sources existantes ayant une teneur en arsenic inférieure à 10 microgrammes. Une solution est à l'étude dans ce sens à Salvan.

Une autre possibilité est de mélanger les eaux de la source incriminée avec celles d'une autre source non problématique. Cette solution est envisagée à Finhaut, qui pourra par exemple utiliser l'eau du barrage d'Emosson, ou à Vernayaz, qui envisage de mélanger l'eau de Martigny à la sienne.

Une troisième solution technique existe via le traitement de l'eau par absorption grâce à l'hydroxyde de fer. Celle-ci n?est cependant pas privilégiée en raison de coûts élevés de mise en oeuvre, d?entretien et d?élimination des déchets.

Eau minérale en bouteilles

La facture devrait se chiffrer en millions de francs pour les quatre municipalités. Les autorités communales vont décider des mesures à prendre l'an prochain, les proposer aux budgets de chaque commune et les mettre en oeuvre progressivement d'ici à 2020.

Des systèmes de distribution d'eau seront mis en place localement. Durant la période transitoire, les communes peuvent maintenir la distribution d'eau au robinet. «Il s'agit toutefois d'une eau qu'il est déconseillé de boire», précise le chimiste cantonal Elmar Pfammatter. (ats/nxp)

Créé: 05.12.2018, 15h03

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.