Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 03:49

Etude Les primates analysent la causalité des faits

Chimpanzés et gorilles seraient capables de déterminer «qui a fait quoi à qui» lorsqu'ils observent un événement.

Un gorille du zoo de  Belo Horizonte, au Brésil.

Un gorille du zoo de Belo Horizonte, au Brésil. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les grands singes seraient capables d'analyser la causalité dans les événements qu'ils observent. Cette capacité qui servirait de base pour l'évolution de la syntaxe du langage a été observée par Klaus Zuberbühler, professeur à l'Université de Neuchâtel.

«Quand ils sont exposés à un nouvel événement, certains grands singes (chimpanzés ou gorilles, par exemple) ne se contentent pas de laisser se dérouler l'action sous leurs yeux de manière passive», explique Klaus Zuberbühler dans un article d'opinion de la revue britannique Philosophical Transactions. «Leur premier réflexe est de déterminer «qui a fait quoi à qui», avant tout processus de communication.»

La notion même de syntaxe est donc apparue bien avant le langage proprement dit, souligne le professeur dans un communiqué publié lundi par l'Université de Neuchâtel (UniNE). Elle est liée au besoin d'identifier les acteurs d'une action et les éléments sur lesquels elle porte.

Les capacités syntaxiques des grands singes cacheraient déjà les prémisses de la grammaire humaine. Pour décrire un événement, il faut identifier le sujet, le verbe qui décrit l'action et le complément indiquant qui est la cible de l'action, illustre le primatologue. Si un gorille entend le bruit d'une branche heurtant le sol, il prend conscience de la scène en identifiant le sujet comme la branche d'un arbre, sa chute comme l'action et enfin le sol comme la cible.

Mouvements des yeux

Pour vérifier cette hypothèse, Klaus Zuberbuhler a lancé des recherches en collaboration avec le zoo de Bâle sur des orangs-outans, des chimpanzés et des gorilles. Il est également associé dans ce projet à l'ISLE, un Centre interdisciplinaire de compétences sur l'évolution du langage à l'Université de Zurich.

Les expériences consistent notamment à enregistrer les mouvements des yeux («eye tracking») d'un orang-outan regardant une scène d'action sur un écran, ce qui permet de déterminer l'ordre dans lequel le primate perçoit les événements qui se succèdent devant lui. À ce stade, les scientifiques vont tester les capacités syntaxiques des primates au niveau de la perception.

«Quant à savoir s'ils sont capables de la communiquer aux autres congénères par une succession spécifique de leurs cris, il est encore trop tôt pour l'envisager», a expliqué le primatologue. (ats/nxp)

Créé: 18.11.2019, 01h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.