Jeudi 9 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:38

Brésil La police de Rio s'empare de Maré, fief du narcotrafic

L'opération a nécessité la mobilisation de 1180 policiers militaires de diverses unités, appuyés par 15 blindés et 132 policiers civils. Le complexe est considéré comme l'un des endroits les plus dangereux de Rio.

Les opérations spéciales entrent dans la favela de Maré à Rio.

Les opérations spéciales entrent dans la favela de Maré à Rio. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police de Rio de Janeiro et l'armée brésilienne sont entrées dimanche à l'aube dans l'immense complexe de favelas de la Maré, fief du trafic de drogue, pour le «pacifier», à deux mois et demi du Mondial de football.

L'occupation de cet ensemble peuplé de 130'000 habitants a nécessité la mobilisation de 1180 policiers militaires de diverses unités, appuyés par 15 blindés (14 de la Marine et un de la Police militaire); 132 policiers civils les accompagnent, ainsi que quatre hélicoptères, a précisé le secrétariat à la Sécurité de l'Etat de Rio dans un communiqué.

Les BOPE en tête

Considéré comme l'un des endroits les plus dangereux de Rio, le Complexe de la Maré est situé à un point stratégique de la ville par où transiteront des dizaines de milliers de fans pendant le Mondial. Il est bordé par les principaux accès à Rio, les autoroutes Linha Vermelha et Linha Amarela, ainsi que par la Avenida Brasil, qui relie le centre aux banlieues de la capitale de 12 millions d'habitants.

Les hélicoptères survolaient cet immense enchevêtrement de ruelles, de maisons misérables en parpaings, encore plongées dans l'obscurité, et le calme. Le Bataillon des opérations policières spéciales (Bope) ouvrait la marche, a constaté l'AFP. Il était suivi d'un groupe de fusiliers marins postés aux intersections, les armes braquées vers les ruelles.

Une opération comparable à celle d'Alemao

Les blindés commencent à circuler dans les favelas. Les policiers ont mis la main sur «de grandes quantités de drogue et d'armes» qui étaient cachées à proximité du Village olympique et d'une école publique, selon la chaîne GloboNews.

Cette occupation s'apparente par son ampleur à celle du Complexe d'Alemao fin 2010, qui avait mobilisé 2600 membres des forces de l'ordre. Elle s'inscrit dans le processus dit de «pacification» enclenché en 2008, avec l'installation de 38 Unités de la police pacificatrice (UPP) dans 174 favelas, visant à en chasser les trafiquants de drogue qui y régnaient.

(afp/nxp)

Créé: 30.03.2014, 12h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.