Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 05:28

France Fin de la prise d'otage dans une prison française

Armé d'un «pic»», un détenu de la prison de Condé-sur-Sarthe retient une surveillante stagiaire en otage et en a libéré un autre.

Deux surveillants ont été pris en otage quelques heures par un détenu dans la prison de Condé-sur-Sarthe.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois mois après l'attaque de deux surveillants par un détenu radicalisé, deux membres du personnel pénitentiaire ont été pris en otage mardi soir au centre ultra-sécurisé de Condé-Sur-Sarthe (Orne) par le «champion de la prise d'otage carcérale» qui s'est rendu peu après minuit. Le dénouement est intervenu peu après 0H30 et les deux surveillants sont «sains et saufs», a précisé la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP).

La prise d'otages avait commencé vers 19H40, nécessitant l'intervention des équipes du RAID et des ERIS (équipes régionales d'intervention et de sécurité) dans ce centre de détention qui abrite des détenus particulièrement dangereux, radicalisés ou posant des problèmes de discipline.

«Un premier surveillant avait été libéré vers 23h30» et «la seconde surveillante a été libérée au moment où le détenu s'est rendu», a précisé le ministère de la Justice, adressant «tout son soutien aux agents de l'administration pénitentiaire qui ont su faire preuve d'un grand professionnalisme».

Arme artisanale

Le détenu, Francis Dorffer, libérable en 2060, coutumier de ce type de faits, avait pris en otage un surveillant et une stagiaire, mardi dans la soirée au moment du repas, armé «visiblement d'une arme artisanale, un pic», selon une source syndicale pénitentiaire. «Il s'agit d'un détenu de 35 ans qui a sollicité son transfert et qui a cru bon de prendre en otage deux surveillants qu'il a enfermés dans sa propre cellule», a expliqué François Coudert, le procureur de la République d'Alençon, présent sur les lieux.

«Lors de sa reddition il s'est débarrassé d'armes que l'on peut qualifier d'artisanales, notamment une paire de ciseaux, une fourchette ou encore un autre objet en plastique qui peuvent être potentiellement dangereux pour les personnes prises en otages», a ajouté le procureur qui a précisé que le détenu a été aussitôt placé en garde à vue pour séquestration.

Selon plusieurs syndicats de surveillants, Francis Dorffer, né en 1984, est un «coutumier» des prises d'otages. Classé «DPS» (détenu particulièrement signalé), selon le ministère de le Justice, il est connu pour troubles psychiatriques mais «n'est pas incarcéré pour des faits de terrorisme».

Incarcéré depuis ses 16 ans dans une vingtaine de prisons différentes après des condamnations pour vols, viol et assassinat d'un codétenu, Francis Dorffer est aux yeux des personnels de l'administration pénitentiaire le «champion de la prise d'otage carcérale». Son nom est associé à au moins cinq autres prises d'otages. En 2006, il avait retenu une psychiatre à la prison de Nancy, en 2009 un surveillant à Clairvaux (Aube), en 2010 un psychiatre à la Santé (Paris) et en 2011 un gardien à Poissy (Yvelines).

«Profil psychiatrique très lourd»

De source pénitentiaire, Francis Dorffer est suivi «pour radicalisation mais au sens très large de la radicalisation. Il n'a absolument rien à voir avec Chiolo (le preneur d'otage du 5 mars, NdlR). C'est un profil psychiatrique très lourd». En avril 2018, il a été condamné à Colmar à 12 ans de prison pour avoir pris en otage un surveillant et tenté de s'évader de la maison centrale d'Ensisheim (Haut-Rhin), en juin 2017.

Selon Emmanuel Guimaraes, délégué national FO pénitentiaire, «l'administration l'avait classé auxiliaire, c'est-à-dire qu'il avait la possibilité, la charge de distribuer les repas pour les détenus donc il avait des accès à plus de lieux en général», un statut attribué aux «détenus de confiance».

Le 5 mars, Michaël Chiolo, qui purgeait une peine de 30 ans de réclusion à Condé-sur-Sarthe pour un crime de droit commun, avait poignardé deux surveillants avec un couteau en céramique. Ce détenu radicalisé de 27 ans s'était ensuite retranché avec sa compagne pendant près de 10 heures dans une unité de vie familiale de la prison. Après des tentatives de négociations, les forces d'élite de la police avaient lancé l'assaut, blessant l'assaillant et tuant sa compagne Hanane Aboulhana.

Cette agression avait provoqué un mouvement de mobilisation dans les prisons françaises et conduit la DAP à renforcer les mesures de sécurité dans l'établissement. Michaël Chiolo a été mis en examen le 29 avril par un juge antiterroriste. Quatre de ses codétenus de Condé-sur-Sarthe (Orne) avaient déjà été mis en examen le 22 mars. (afp/nxp)

Créé: 11.06.2019, 22h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.