Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 02:06

Mots «Vague verte» est l'expression romande 2019

La Haute école zurichoise a choisi la locution exprimant le succès écologiste aux élections. Elle devance «féminicide».

La vague verte désigne l'impressionnant basculement de l'électorat en faveur d'une politique écologiste.

La vague verte désigne l'impressionnant basculement de l'électorat en faveur d'une politique écologiste. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elections fédérales obligent, «vague verte» est l'expression de l'année en Suisse romande. Viennent ensuite «féminicide» et «flygskam» (la «honte de prendre l'avion»), selon le département de linguistique de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW).

L'année électorale aura vu son lot de métaphores marines: vague, onde, raz-de-marée ou encore tsunami..., rappelle la ZHAW mardi. La vague verte parle d'un impressionnant basculement des urnes vers une politique écologiste. Mais contrairement au raz-de-marée ou au tsunami, elle n'est pas forcément destructrice.

Elle évoque surtout un ample mouvement presque irrépressible, d'aller de l'avant, en balayant les obstacles. Pour les chercheurs zurichois, la vague verte «semble traduire une réponse concrète et massive» à la «sécheresse» qui préoccupait les Suisses l'an dernier - et qui décrochait la deuxième place du classement. Elle arrive aussi en première position en Suisse italienne («onda verde») et à la troisième place pour le romanche («unda verda»).

Signe de l'importance de l'urgence climatique dans le discours de la société, le «flygskam» se classe troisième en Suisse romande. Ce terme emprunté au suédois pointe du doigt un débat de plus en plus médiatisé sur la responsabilité de la protection de la planète. Il «fait de l'individu isolé un coupable et responsable, dont le choix de prendre l'avion ou non décidera de l'avenir de la Terre».

Place des femmes

Entre les deux revient la question de la place de la femme dans la société. Après «harcèlement» en 2017 et «charge mentale» en 2018, le féminicide vient éclairer une réalité souvent ignorée en Suisse - le meurtre d'une femme parce qu'elle est une femme - et les débats que ce mot suscite, dans les tribunaux comme dans la sphère publique.

Les autres régions linguistiques ont aussi leurs expressions de l'année. En Suisse italienne, la vague verte est suivie par le «sciopero delle donne» («grève des femmes») et «5G». En réto-romanche, les mots de l'année sont «luf» («loup») et «diaspora», ainsi que «unda verda».

Conflit de générations

Outre-Sarine, la palme revient à «Klimajugend» (le mouvement des jeunes en faveur du climat) et «OK Boomer», interjection par laquelle la jeune génération expriment leurs frustrations face aux baby-bommers qui semblent mépriser leurs angoisses, notamment sur le changement climatique. Le podium est complété par «Flugscham», soit la version germanophone du «flyskam».

Un ensemble de textes et de discours compilés par les chercheurs de la ZHAW a servi de base aux délibérations de chacun des jurys. Ces professionnels des langues ont sélectionné les trois mots les plus marquants. Les chercheurs ont ensuite «montré comment ces mots ont évolué en 2019 et quels changements sociaux ils représentent», selon la Haute école.

Les jurys de chaque région linguistiques étaient composés d'une dizaine de professionnels des langues. Pour la première fois, la région romanche a également eu droit à son mot de l'année. (ats/nxp)

Créé: 03.12.2019, 16h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.