Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 03:45

Etats-Unis Le fondateur de l'empire Marvel s'attaque à son ex-entreprise

Stan Lee reproche à une ancienne société d'avoir tenté de l'abuser en profitant de son grand âge.

Le père de Spider Man et des X-Men conteste les conditions dans lesquelles il a signé la vente de sa nouvelle entreprise, POW! Entertainment, à une holding chinoise.

Le père de Spider Man et des X-Men conteste les conditions dans lesquelles il a signé la vente de sa nouvelle entreprise, POW! Entertainment, à une holding chinoise. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le scénariste et éditeur américain Stan Lee, père de Spider Man et des X-Men, réclame un milliard de dollars en justice à son ancienne entreprise POW!, à qui il reproche d'avoir tenté de l'abuser en profitant de son grand âge, selon des documents judiciaires publiés mardi.

Agé de 95 ans, le fondateur de l'empire Marvel - racheté par Disney en 2009 - conteste les conditions dans lesquelles il a signé l'an dernier la vente de sa nouvelle entreprise, POW! Entertainment, à une holding chinoise.

Stan Lee - qui a révolutionné le monde de la bande dessinée et la culture populaire en créant notamment pour la maison d'édition Marvel les personnages de Spider Man, Hulk, Black Panther ou des Quatre Fantastiques - affirme notamment que les dirigeants de POW! ne lui avaient pas dévoilé tous les détails de cette vente, notamment le fait que l'acheteur chinois, Camsing International, auraient les droits exclusifs d'utiliser son nom et son image.

Le créateur nonagénaire soutient que les dirigeants de POW! ont profité de ce qu'au moment de la signature, il était troublé à la suite du décès de son épouse, et aussi du fait qu'il souffre de dégénérescence maculaire - un trouble de la vision lié à l'âge - ce qui l'a empêché de lire les documents.

En fait, accuse-t-il, il ne se souvient pas que qui que ce soit lui ait lu les documents, et se demande même s'il a vraiment signé ce contrat ou si sa signature a été imitée. Il se plaint également de ce que POW! ait «pris le contrôle de ses comptes personnels sur les réseaux sociaux, dont Facebook, Instagram et Twitter», qui comptent 15 millions de «followers», selon le texte de sa plainte. La société n'a pour l'instant pas répondu à ces accusations.

Le nom de Stan Lee est par ailleurs apparu récemment dans les chroniques judiciaires pour de toutes autres raisons: le vieil homme fait l'objet d'une plainte de la part d'une massothérapeute qui l'accuse d'agressions sexuelles, et ceci quelques mois après d'autres accusations du même type venant d'infirmières qui l'ont soigné chez lui. Stan Lee, via son avocat, a rejeté ces accusations. (afp/nxp)

Créé: 16.05.2018, 08h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.