Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:19

Exil fiscal Depardieu: «Je n'ai malheureusement plus rien à faire ici»

Accusé d'exil fiscal en Belgique, et s'estimant «injurié» l'acteur Gérard Depardieu a annoncé qu'il rendait son passeport français, dans une lettre ouverte au Premier ministre Jean-Marc Ayrault publiée par le Journal du dimanche (JDD).

Galerie Photos

Visitez l'hôtel particulier de Gérard Depardieu

Visitez l'hôtel particulier de Gérard Depardieu L'acteur, qui a décidé d'aller habiter en Belgique pour des raisons fiscales, a mis en vente son hôtel rue du Cherche-Midi, en plein cœur de Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté ! Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis», écrit l'acteur au chef du gouvernement qui avait jugé «assez minable» son départ.

C'est ce qualificatif qui reste en travers de la gorge de la vedette. Sa «Lettre ouverte à M. Ayrault Jean-Marc, Premier ministre de M. François Hollande» résonne comme une charge contre le Premier ministre et sa politique fiscale.

Premier à réagir parmi les membres du gouvernement, le ministre du Travail Michel Sapin a vu dans dans la décision de l'acteur «une forme de déchéance personnelle», une «attitude pas à la hauteur de l'acteur», lors du Grand rendez-vous Europe 1/iTélé/Le Parisien.

Le ministre des relations avec le parlement, Alain Vidalies, a lui jugé «très choquants» les propos de l'acteur. «Ce qui est à craindre avec cette déclaration-là, c'est que ce qu'il aimait dans la France, c'était le bouclier fiscal», a-t-il ajouté sur Radio J. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti s'est affirmée «tout à fait scandalisée» sur BFM-TV. «La citoyenneté française c'est un honneur, ce sont des droits et des devoirs aussi, parmi lesquels le fait de pouvoir payer l'impôt», a-t-elle insisté.

Tout en se disant «triste» de la décision de l'acteur avec qui elle avait travaillé contre l'illettrisme, l'ancienne ministre UMP Nadine Morano a surtout estimé qu'il était la victime du «matraquage fiscal» du gouvernement socialiste.

Pas «minable»

Gérard Depardieu commence ainsi sa lettre : «Minable, vous avez dit 'minable' ? Comme c'est minable !», référence à une réplique culte de Louis Jouvet dans «Drôle de drame» («Bizarre... Vous avez dit bizarre ?...»). Rappelant avoir commencé à travailler «à 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique», il affirme avoir «toujours payé (ses) taxes et impôts». Il précise avoir payé «en 2012 85% d'impôts sur (ses) revenus».

«Qui êtes vous pour me juger ainsi, je vous le demande M. Ayrault, 1er Ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ?», lance Gérard Depardieu, l'un des acteurs les plus populaires et les mieux payés du cinéma hexagonal, qui a cumulé les récompenses mais aussi les frasques.

«Je n'ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j'ai payé 145 millions d'euros d'impôts en 45 ans, je fais travailler 80 personnes (...) Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot 'minable'», insiste-t-il. «Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent en fait la différence doit être sanctionnée», poursuit celui qui a acquis une propriété dans le village belge de Néchin, frontalier de la France, comme avant lui d'autres riches Français.

«Un citoyen du monde»

«Des personnages plus illustres que moi ont été expatriés ou ont quitté notre pays. Je n'ai malheureusement plus rien à faire ici, mais je continuerai à aimer les français et ce public avec lequel j'ai partagé tant d'émotions !»

«Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi. Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué», assène encore Gérard Depardieu.

Le départ annoncé de l'acteur, concomitant avec la confirmation de la mise en vente de son hôtel particulier parisien, avait suscité en début de semaine une avalanche de réactions, la gauche dénonçant une attitude antipatriotique, tandis que la droite y voyait le résultat de la politique du gouvernement.

«Je trouve cela assez minable (...). Tout cela pour ne pas payer d'impôt, pour ne pas en payer assez», avait déclaré mercredi Jean-Marc Ayrault. Le président François Hollande a prôné une renégociation des conventions fiscales avec la Belgique.

La dernière sortie de Depardieu monopolisait Twitter dimanche matin: «quand rendra-t-il sa Légion d'Honneur», demandait un twitto, tandis qu'un autre suggérait que l'acteur, accusé de conduite en état d'ivresse, «rende plutôt son permis de conduire». (ats/afp/nxp)

Créé: 16.12.2012, 13h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.