Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:11

Interview Eva Longoria: «Un deuxième enfant à 44 ans?»

L'actrice répond à toutes nos questions sur son fils et sa carrière mais dément la rumeur d'un film «Desperate Housewives» et d'une nouvelle grossesse.

Eva Longoria est à l'affiche de «Dora et la cité perdue», en salle le mercredi 6 novembre.

Eva Longoria est à l'affiche de «Dora et la cité perdue», en salle le mercredi 6 novembre. Image: DR-HFPA

Eva Longoria avec notre journaliste Henry Arnaud. (Image: DR-HFPA)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Eva Longoria est de retour au cinéma dans «Dora et la cité perdue», l'adaptation sur grand écran des aventures de «Dora l'exploratrice», la célèbre série de dessins animés.

Connaissiez-vous le personnage de Dora?

Et comment! Dora est une héroïne dans la communauté des latinos d'Amérique. Je me souviens durant ma scolarité de voir le visage de Dora sur les sacs à dos et les lunch-box de tellement de jeunes dans mon école. Depuis des décennies, Dora est un programme sous forme de dessins animés pour apprendre l'espagnol aux jeunes américains. Ce qui m'a surprise, c'est qu'elle est aussi connue dans le monde entier et que dans les pays francophones Dora apprend l'anglais aux jeunes téléspectateurs.

Avez-vous accepté ce film parce que vous êtes devenue maman juste avant ce tournage?

J'ai tout de suite pensé à mon fils, Santi, en lisant le scénario de «Dora et la cité perdue» car c'est le premier film de toute ma carrière qu'il va pouvoir regarder. On va devoir attendre encore un petit peu car il n'a que 1 an mais j'ai hâte. C'est la première fois que j'incarne une maman à l'écran tout en étant maman dans ma vie privée. Mais j'ai toujours eu l'instinct maternel, même lorsque je devais m'occuper de jeunes comédiens sur «Desperate Housewives». L'envie d'être mère a toujours été en moi. J'attendais juste de trouver le bon moment... et surtout le futur papa. (Rires.)

Votre fils, Santiago, vous suit partout. Comment vous organisez-vous?

J'ai la chance d'avoir un mari qui me soutient. Pépé (ndlr.: José Baston, ancien directeur de la chaîne de TV mexicaine Televisa) connaît les obligations du show-biz pour être dans la production. Quand on m'a proposé «Dora», je voulais refuser car j'étais enceinte de notre bébé et je ne me voyais pas partir tourner dans la forêt vierge d'Australie avec un nouveau-né. C'est mon époux qui m'a poussée à accepter en me disant que nous irons tous nous installer là-bas pendant des mois.

Quel a été le plus compliqué?

L'organisation pour donner le sein à mon fils car nous étions souvent dans la forêt au milieu de moustiques et autres bêtes. Donc je devais retourner toutes les deux heures dans ma caravane ou à l’hôtel pour bébé. Mais José a eu raison de m'inciter à accepter ce film. En l'espace d'un an, Santi a été deux fois à Dubaï, plusieurs fois à Paris, Londres, Berlin. Bref nous avons fait le tour du monde tous les trois en famille. Nous avons un bébé globe-trotter qui a déjà l'habitude des avions, des hôtels, etc. Moi, il m'a fallu être grande pour sortir de mon Texas natal. (Rires.) Très longtemps je n'ai connu que ça et le Mexique de mes origines familiales.

La bande-annonce de «Dora et la cité perdue»

Justement, que diriez-vous à l'adolescente Eva Longoria si vous pouviez remonter le temps?

Mes parents vous diraient que très jeune je savais que j'allais réussir ma vie professionnelle. Je n'avais aucune idée de la manière d'aborder une carrière mais je savais déjà refuser l'échec. Au lycée, je me suis inscrite à un concours de beauté, non pas pour être la plus belle de ma région mais parce qu'il y avait des bourses d'études à gagner ainsi que des livres scolaires. J’espérais terminer au moins à la cinquième place pour obtenir l'un de ces prix et j'ai remporté le concours. Avec la première place, j'ai gagné un voyage à Los Angeles et c'est comme cela que je suis venue à Hollywood pour me lancer dans la comédie.

Votre nom sera à jamais associé à celui de «Desperate Housewives». La rumeur d'un long métrage adapté de la série a été relancée, après le récent succès du film «Downtow Abbey». Qu'en pensez-vous?

Gaby me manque terriblement et, si un retour au cinéma dépendait de moi, je dirais oui tout de suite. Mais je sais que Marc Cherry, qui a créé «Desperate Housewives», a souvent dit qu'il en avait fini avec les personnages. C'était simple de faire un film «Downtow Abbey» car la série n'a duré que 5 saisons avec uniquement 8 épisodes par an. Nous avons tourné près de dix ans à raison de 24 épisodes par an. Je crois que Gaby a couché avec tous les voisins de sa rue donc il n'y a plus rien à raconter. (Rires.) Tout me manque de cette époque. Le personnage, mes partenaires... Il m'arrive même de retourner à Wisteria Lane quand j'ai des rendez-vous dans ce coin de Los Angeles, car les décors existent toujours dans une rue des studios Universal de Hollywood. Le plus drôle est qu'il y a des bus de touristes qui passent devant nos décors toutes les 5 minutes et vous auriez du voir les gens hurler quand ils m'ont vue sur la pelouse devant la maison de Gaby !

Que peut-on vous souhaiter pour 2020? Un nouveau bébé?

Enceinte à 44 ans? Non, je ne pense pas. Je suis déjà heureuse d'avoir eu un enfant à plus de 40 ans. Et mon mari est déjà papa de trois enfants, de son mariage précédent, donc nous avons souvent une maison remplie de jeunes, et ça suffit à me combler de joie.

Henry Arnaud, Hollywood

Créé: 06.11.2019, 15h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.