Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 15:49

Interview Fanny Leeb: «Avant mon cancer, je ne savais pas qui j'étais»

Après plusieurs années de doute dans sa carrière, la chanteuse de 32 ans revient plus forte. Avec son titre «Fearless», elle se livre sur son cancer du sein. Son travail le plus personnel. Rencontre.

L'auteure-compositrice a dévoilé son premier single «Fearless» le 10 mai. Ci-dessus, la photo de la couverture du titre.

L'auteure-compositrice a dévoilé son premier single «Fearless» le 10 mai. Ci-dessus, la photo de la couverture du titre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fanny Leeb est venue nous rendre visite lundi à la rédaction du «Matin». Malgré sa fatigue, elle arrive avec un foulard multicolore sur la tête et, surtout, avec un sourire et une bonne nouvelle: «Je viens de recevoir les résultats de mon IRM et tout se déroule bien», annonce-t-elle.

Le 9 février, la chanteuse de 32 ans avait dévoilé sur les réseaux sociaux être atteinte d'un cancer du sein triple négatif, «un cancer très agressif». Après treize chimiothérapies, elle devra encore subir une opération ce mois-ci puis commencera alors la radiothérapie. Mais elle garde sa motivation avec la sortie de son dernier single «Fearless» (sans peur en français), qui revient sur cette épreuve. Fanny Leeb a accepté de nous en dire plus sur sa musique et sur ces derniers mois qui n'ont pas été faciles. Elle ira ensuite se reposer dans le sud de la France avec son chien Lennon.

«Fearless» est un titre puissant au sujet de votre combat contre le cancer. Signez-vous là votre œuvre la plus personnelle?

Clairement. Je vis dans le vif du sujet. L'album, qui est prévu pour la fin de l'année, le sera tout autant. Je ne peux pas être plus personnelle que ça. Quand j'étais en studio en train de gérer ma maladie, l'inspiration du moment était inévitable. Et ça m'aidait. Je puisais une force là-dedans. Dès que j'avais un peu d'énergie, j'enregistrais pour me déconnecter. Je vidais mon sac.

La chanson est sortie le 10 avril et a fait un bon démarrage dans les classements.

Je ne m'attendais pas du tout à ça. C'est la première fois que je me retrouve dans les charts. Le morceau se trouve à la 8e place des titres pop les plus téléchargés en France. Je suis tellement heureuse de voir que les gens comprennent mon message.

Quel est le message que vous voulez faire passer?

Il faut continuer de se battre et avoir confiance en soi. Trouver du positif dans le négatif. C'est un morceau qui est rempli d'espoir.

Auparavant, vous avez déjà sorti deux albums, plus confidentiels. Pour quelle raison ce single est un succès?

Avant mon cancer, j'avais beaucoup de mal à savoir qui j'étais. Je ne trouvais pas ma place, je n'étais pas heureuse. Le fait d'assumer ce qui se passe aujourd'hui dans ma vie a été un électrochoc. Beaucoup de choses se sont révélées et j'ai appris à me connaître. Ce cancer m'a aidée à me retrouver et à savoir où je devais aller. C'est ce qui compte. Ça se ressent déjà dans le premier titre et ça se ressentira dans tout le disque. Si ça ne marche pas, tant pis. Je ne me mets plus une énorme pression comme avant. Je n'y vais qu'avec le cœur.

Vous parlez de pression. À quoi faites-vous faites référence?

J'avais envie que mon travail parle à plus de gens. Même en dehors de la musique, je n'avais absolument pas confiance en moi.

Regrettez-vous certains choix?

Non. Si j'en suis arrivée là, c'est parce que je devais traverser tout cela. Rien n'arrive pas hasard. Ce cancer m'a envoyé un message, des signaux d'alerte. Je les ai entendus et malgré ça, même si les traitements sont durs, je suis bien. J'ai confiance en la vie et je suis heureuse.

Où en êtres-vous dans la composition de votre prochain album?

Je suis assez avancée. Il faut que je me remette physiquement. La fatigue est accumulée depuis des mois à cause du traitement. En ce moment on peaufine les mélodies et on posera les voix finales en septembre. Je ne veux plus me stresser pour ça. Tout ce que je peux dire c'est que ce sera un disque aux sonorités pop et un hommage à la vie. Il y aura plein de sujets. Des émotions que j'ai ressenties, de l'amour, de la joie, les moments durs avant ma maladie. Ce sera très personnel.

Avec qui collaborez-vous?

Avec mon frère, Tom. On a une complicité énorme. Il sait où je veux aller et me comprend totalement. Il est très investi. Ben Muehlethaler est à la réalisation et Keni Arifi, avec qui je travaille depuis très longtemps, est à la composition. On est une petite équipe. Tom a sorti un single en même temps que moi. C'était un pur hasard et un pur bonheur. Si je devais faire un duo, j'aimerais que ce soit avec lui.

Voir cette publication sur Instagram

Dans la construction d’un album, d’une chanson, il y a beaucoup d’éléments qui rentrent en jeu pour que le résultat soit en harmonie avec ce que l’on veut. La patience est aussi primordiale, car il arrive que cela prenne du temps. De la mélodie, en passant par les arrangements, à la voix qui se pose sur les mots, chaque detail est important. J’ai l’immense chance de travailler avec une team qui m’aide aujourd’hui à donner le meilleur de moi-même sur ce disque. Sur cette photo, mon frère @tomleeb sait me guider dans les pas que je fais dans cet album. Sa plume sait retranscrire les épreuves que je traverse dans ma vie, et son talent de compositeur donne un regard intelligent sur les mélodies. C’est dans la sincérité, la complicité, la patience et biensur le talent de @ben_seventyeight, et @kamusicstudio que cet album est en train de se réaliser. Chaque jour de travail qui passe me donne le sourire et qu’une seule hâte, vous le faire découvrir. #music #chanson #album #singer #songwriter #newalbum #recordingstudio #happiness #work #fuckcancer

Une publication partagée par Fanny Leeb (@fannyleebofficial) le

Pour la première fois vous ne sortez pas un album en indépendante, puisque vous avez signé avec Universal...

Je savais que j'allais signer avant l'annonce de mon cancer. Le 19 décembre j'ai eu ma première chimio et le 25 janvier, j'allais à Paris pour signer le contrat. C'était dingue, car j'ai eu 13 chimiothérapies. C'était un traitement de cheval et il fallait que je me protège car toutes mes défenses immunitaires tombaient. Mais il était hors de question que je ne prenne pas le TGV.

Cette signature représente-t-elle l'un des plus beaux jour de votre vie?

Bien sûr. Tout comme l'enregistrement de «Fearless». Je n'arrivais pas à chanter beaucoup ces derniers temps. Avec la fatigue je n'avais pas la force. Mes cordes vocales étaient moins musclées. J'ai tout de même posé les voix entre deux chimiothérapies. Et même si je faisais aussi de l'anémie et que j'étais épuisée, je restais motivée car le message de la chanson est de ne rien laisser tomber.

Comment avez-vous découvert votre cancer?

Je me suis brûlée avec un thé en travaillant au studio. J'ai donné un coup dans la porte et le thé a giclé par-dessus ma veste et m'a brûlé une petite partie du sein gauche. Deux jours après, je me suis rendue compte que je m'étais vraiment cramée. En glissant ma main, j'ai senti une boule de l'autre côté. Le lendemain, j'ai tout de suite fait des examens. Une semaine après, le 4 décembre pour être exacte, on m'a annoncé que j'avais un cancer.

Début février, vous avez décidé d'en parler ouvertement sur les réseaux sociaux. Pourquoi?

J'ai commencé à assumer ce qui m'arrivait. Je n'avais pas envie de me cacher et faire semblant que tout allait bien. Je ne voulais pas me mettre une perruque non plus. Je voulais faire les choses bien et être honnête avec mes abonnés. Je ne vais pas me laisser abattre! J'ai cette signature avec Universal!

Voir cette publication sur Instagram

La vie est faite de surprises, et c’est pour ça qu’on l’aime. Je ne m’étalerai pas sur les conséquences du cancer du sein et encore moins sur les effets d’une chimiothérapie, mais croyez moi, c’est temporaire. Une histoire de quelques mois qui me rendra (et me rend déjà) plus forte, plus sereine, plus mature. Sachez qu’au mois de juin, ces allers retours à l’hôpital ne seront plus qu’une histoire ancienne et je pourrai enfin me consacrer pleinement à ce nouvel album. Oui! Ce nouvel album! Suite à ma signature avec Universal en Janvier dernier (Oui, il y a aussi et surtout de très bonnes nouvelles) je me penche actuellement, quand mon corps et mon esprit en ont la force, sur un nouveau projet d’album que je m’impatiente de vous faire découvrir. Folks, ce cancer et cette signature sont deux nouvelles simultanées qui ont changé ma vie. Je n’ai plus qu’une hâte, passer derrière le micro pour chanter ce que je retiens en moi depuis tant d’années. Cet album sera comme une consécration, comme une guérison, comme une nouvelle vie. Stay tuned everybody. Much Love. #fuckcancer #newalbum #love #music

Une publication partagée par Fanny Leeb (@fannyleebofficial) le

Vous avez choisi d'être honnête, mais vous ne voulez pas que cela vous définisse pour autant.

Exactement. Si je peux aider et donner quelques conseils, je le fais avec plaisir. Plusieurs personnes m'ont d'ailleurs écrit et m'ont remerciée pour ce que je transmettais comme énergie. Cela me remplit le cœur de voir que je peux en apaiser certains. Mais j'ai aussi envie qu'ils écoutent l'artiste.

Êtes-vous positive concernant la suite?

J'ai eu trois jours pour accepter mon cancer. Depuis, je n'ai jamais douté de ma guérison. Le moral, c'est tellement important. Il faut garder de la distance, avoir de l'humour. Du coup, je marche beaucoup dans la nature avec mon chien, je vois des potes... Je profite des choses simples de la vie.

La scène vous manque-t-elle?

Oh la la. (Elle fait un grand sourire.) J'ai même fait quelques concerts durant mes traitements de chimiothérapie. Je joue le 18 mai à la salle Villars Vanguard d'Ollon, le 7 juin à la salle d'Epalinges et cet été à la Fête des Vignerons. Tout était déjà programmé depuis longtemps. Après, je vis au jour le jour. Je m'écoute et prends soin de moi en premier lieu. J'attends la suite avec impatience, mais je ne veux pas faire de plan sur la comète.

Aujourd'hui, où en êtes-vous dans votre combat?

Je suis confiante pour la suite. Bon, il y a l'opération, le 28 mai, qui m'angoisse un peu. Mais j'ai la chance de ne pas avoir une chirurgie hyperlourde, ce ne sera pas une ablation totale. Je vais avoir des cicatrices un peu partout. Mais au moins la chimio est terminée et mes cheveux vont recommencer à pousser dans trois semaines. La vie revient avec le printemps.

Pour écouter ou télécharger son single «Fearless» cliquez ici. (Le Matin)

Créé: 14.05.2019, 14h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.