Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 12:00

France «Il savait que ça faisait mal, il a vu que je pleurais»

L'actrice qui accuse Luc Besson de l'avoir violée a témoigné pour la première fois à visage découvert.

L'actrice et le réalisateur ont vécu une relation complexe pendant deux ans.

L'actrice et le réalisateur ont vécu une relation complexe pendant deux ans. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle accuse Luc Besson de lui avoir imposé quatre rapports sexuels non consentis. L'actrice belgo-néerlandaise Sand Van Roy a accepté, pour la première fois, de témoigner à visage découvert. Dans une interview accordée à BFMTV, la jeune femme se confie sur ses deux années de relation complexe avec le réalisateur français, qu'elle a rencontré fin 2015.

Sand Van Roy évoque notamment la nuit du 17 mai 2018 qu'elle a passée dans une chambre de l'hôtel Bristol, à Paris. L'accusatrice affirme que ce soir-là, Luc Besson l'a violée: «J'ai dit 'arrête tu me fais mal', il ne s'est pas arrêté. Pour moi, il était sadique. Il savait que ça faisait mal, il a vu que je pleurais. J'étais désespérée, je ne savais plus quoi faire. Et il a continué», confie l'actrice.

Huit autres femmes dénoncent

Le lendemain de l'agression présumée, la Belgo-Néerlandaise est allée porter plainte. Aux urgences médico-légales, les médecins ont constaté une ecchymose à l'oeil et des marques dans le dos. Luc Besson dément ces accusations de viols et de violences. «Il a réitéré ses dénégations en présence de madame Van Roy. Comme tout justiciable, monsieur Besson est présumé innocent», a déclaré son avocat.

Dans le sillage de la comédienne, huit autres femmes ont accusé le réalisateur français de comportement déplacé, voire d'agression sexuelle. Sand Van Roy est, toutefois, la seule à avoir porté plainte. Une étudiante en cinéma affirme notamment avoir subi des attouchements lors d'un tournage en 2016: «Il m'a prise plusieurs fois dans ses bras, m'a embrassée dans le cou, sur la joue. Il a enfoui son visage dans mes cheveux. Je n'arrivais pas à refuser, à le repousser». Un témoignage, là encore, balayé par Luc Besson.

Le procureur de la République décidera bientôt si la plainte de Sand Van Roy doit être classée sans suite ou s'il y a lieu d'ouvrir une information judiciaire.

(Le Matin)

Créé: 09.01.2019, 17h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.