Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 23:00

France «Il savait que ça faisait mal, il a vu que je pleurais»

L'actrice qui accuse Luc Besson de l'avoir violée a témoigné pour la première fois à visage découvert.

L'actrice et le réalisateur ont vécu une relation complexe pendant deux ans.

L'actrice et le réalisateur ont vécu une relation complexe pendant deux ans. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle accuse Luc Besson de lui avoir imposé quatre rapports sexuels non consentis. L'actrice belgo-néerlandaise Sand Van Roy a accepté, pour la première fois, de témoigner à visage découvert. Dans une interview accordée à BFMTV, la jeune femme se confie sur ses deux années de relation complexe avec le réalisateur français, qu'elle a rencontré fin 2015.

Sand Van Roy évoque notamment la nuit du 17 mai 2018 qu'elle a passée dans une chambre de l'hôtel Bristol, à Paris. L'accusatrice affirme que ce soir-là, Luc Besson l'a violée: «J'ai dit 'arrête tu me fais mal', il ne s'est pas arrêté. Pour moi, il était sadique. Il savait que ça faisait mal, il a vu que je pleurais. J'étais désespérée, je ne savais plus quoi faire. Et il a continué», confie l'actrice.

Huit autres femmes dénoncent

Le lendemain de l'agression présumée, la Belgo-Néerlandaise est allée porter plainte. Aux urgences médico-légales, les médecins ont constaté une ecchymose à l'oeil et des marques dans le dos. Luc Besson dément ces accusations de viols et de violences. «Il a réitéré ses dénégations en présence de madame Van Roy. Comme tout justiciable, monsieur Besson est présumé innocent», a déclaré son avocat.

Dans le sillage de la comédienne, huit autres femmes ont accusé le réalisateur français de comportement déplacé, voire d'agression sexuelle. Sand Van Roy est, toutefois, la seule à avoir porté plainte. Une étudiante en cinéma affirme notamment avoir subi des attouchements lors d'un tournage en 2016: «Il m'a prise plusieurs fois dans ses bras, m'a embrassée dans le cou, sur la joue. Il a enfoui son visage dans mes cheveux. Je n'arrivais pas à refuser, à le repousser». Un témoignage, là encore, balayé par Luc Besson.

Le procureur de la République décidera bientôt si la plainte de Sand Van Roy doit être classée sans suite ou s'il y a lieu d'ouvrir une information judiciaire.

(Le Matin)

Créé: 09.01.2019, 17h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.