Jeudi 9 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:38

Alexandra Lamy «J'ai le mail d'Angelina Jolie»

L'actrice française avait découvert Hollywood l’an dernier mais c’est au théâtre qu’elle s’épanouit.

Alexandra Lamy sera bientôt réalisatrice. Elle prépare le film historique «Les camisards», soutenu financièrement par la Banque Mirabaud de Genève. (Image: Pascal Chantier/LDD)

Est-ce que l'amour peut s'acheter?

Alexandra Lamy joue Misia, une figure emblématique de la Belle Epoque, pianiste et également modèle de Lautrec, de Vuillard et de Renoir. En 1896, son mariage avec Thadée Natanson, fondateur de la Revue blanche, est en crise. La cause: l’écrivain August Strindberg publie un article intitulé «De l’infériorité de la femme». Misia rencontre ensuite Alfred Edwards, qu’elle déteste immédiatement mais qui a décidé de la conquérir à tout prix. Misia met dans la confidence son amie Geai.
Dans «La vénus au phacochère», Alexandra Lamy est seule en scène pour donner vie aux trois personnages que sont donc Misia, Geai et Thadée Natanson, qui dialoguent entre eux via des lettres. Comment Alexandra Lamy s’est-elle placée dans la peau d’un homme? «Il fallait que je trouve des choses très précises dans la voix, dans le comportement de chacun des trois personnages pour que le public puisse les différencier. Pour Thadée, je n’ai pas de déguisement, pas de moustaches non plus, mais, en observant mon entourage, je lui ai inventé une sorte de remontées gastriques lorsqu’il parle.» Alexandra Lamy a eu un coup de foudre professionnel pour cette pièce. «J’étais une comédienne de drame avant de faire «Un gars, une fille». C’est pour cette série que j’ai cassé mon image, ce n’est pas l’inverse», relève-t-elle.

A voir au Théâtre Equilibre de Fribourg, mardi 24 septembre 2013 à 20 h. «La vénus au phacochère», de Christian Siméon.

Mise en scène et scénographie: Christophe Lidon assisté de Sophie Gubri. Avec Alexandra Lamy. Lumières: Marie-Hélène Pinon. Son: La Manufacture Sonore. Production: Acte 2 et SIC en accord avec le Théâtre de l’Atelier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis mariée à mais je ne me sens pas femme de.» Voilà pour sa mise au point sur Jean Dujardin. Alexandra Lamy a sa propre carrière. La preuve avec sa pièce «La vénus au phacochère», demain soir à Fribourg.

La série «Un gars, une fille» s’est arrêtée en 2003. Est-ce qu’on vous appelle encore «Chouchou» dans la rue?

Oui, la série a marqué les gens et c’est une expression culte mais cela ne me dérange pas parce qu’on m’appelait déjà comme ça quand j’étais petite.

Comment expliquez-vous le fait que les femmes ne vous voient pas comme une rivale, mais plutôt comme la meilleure amie idéale?

«Un gars, une fille» a créé cette proximité et heureusement car c’était le but recherché. Il ne fallait surtout pas que les filles me détestent. Je ne suis pas de nature prétentieuse et peut-être que cela se ressent.

Qui sont vos meilleures amies? Angelina Jolie que vous avez rencontrée l’an dernier aux Oscars?

Non, nos vies sont tellement différentes! Beaucoup de monde veut voir Angelina Jolie et Brad Pitt et je n’ai pas entretenu le contact, c’est peut-être une erreur. J’ai revu Angelina une ou deux fois et c’est superchouette quand elle me reconnaît! J’ai son mail mais cela fait longtemps que je ne lui écris plus. J’ai quatre meilleures amies, dont Mélanie Doutey avec laquelle j’ai tourné «Jamais le premier soir», qui sortira en janvier en France.

Madonna vient de dire qu’elle avait rêvé une fois de Brad Pitt la nuit. Cela vous est aussi arrivé?

Non, je suis plutôt du style à rêver qu’il se produit des catastrophes pendant le spectacle, mais pas de stars.

Aux Oscars, vous filmiez tout ce qui se passait. Qu’avez-vous fait de ces images?

Quand j’y pense, c’était quand même incroyable d’avoir autant de talents au mètre carré! Après, c’est comme les albums souvenirs. On fait des photos et on ne les regarde jamais.

Votre fille Chloé, 16 ans, souhaite devenir actrice. C’est une idée qui vous plaît?

Je ne me mêle pas de ses projets car je pars du principe que le piston, ça ne marche qu’une fois et, si vous n’êtes pas bon, ça ne marche plus du tout. Elle passe des castings, elle travaille, elle a un rôle dans un film, je la laisse faire.

En France, bon nombre d’actrices sont recrutées pour représenter des marques, tant pour la beauté que pour la mode. Pourquoi pas vous?

Pour l’instant, je fais mon métier et je n’ai pas le sentiment que ce genre d’engagements en fasse partie. Il faudrait une vraie bonne raison pour que je me lance. J’apparais rarement dans les dernières pages de Gala qui parle des soirées branchées parce que je tiens à ma liberté.

Cette liberté englobe-t-elle votre manière de gérer votre présence sur les réseaux sociaux?

Oui, je veux en garder le contrôle. Je travaille avec mon beau-frère Thomas (ndlr: le compagnon de sa sœur Audrey Lamy). C’est uniquement pour communiquer sur mon travail, pas sur ma vie privée. Pareil avec mon compte Instagram que ma fille vient d’ouvrir pour moi.

Détail étonnant, sur Facebook, il vous est arrivé de poster des photos de vos tenues et de demander l’avis des internautes. On ne vous imaginait pas si soucieuse du regard des autres…

Vous me l’apprenez. On a dû se faire pirater sur ce coup-là parce que cela ne me ressemble pas du tout.

Votre pièce parle d’un homme qui a un désir dévorant pour une femme…

C’est même plus fort que ça car il veut acheter son amour en lui offrant des colliers de perles. Hors de scène, je constate que c’est déjà pas si mal d’oser draguer car beaucoup d’hommes ne le font plus. Ils ont peur et je trouve cela dommage. Même chose dans la vie de couple. Les femmes gèrent un million de choses et les hommes peuvent avoir le sentiment d’être mis de côté. Pour moi, l’essentiel, c’est le partage.

Créé: 23.09.2013, 08h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.