Samedi 19 août 2017 | Dernière mise à jour 22:35

Enquête Le braqueur de Kim Karda­shian passe aux aveux

Le cerveau du braquage de la star est passé aux aveux. «C'était une affaire très simple», a-t-il avoué durant sa garde à vue.

Galerie photo

Kim Kardashian dans tous ses états

Kim Kardashian dans tous ses états Une femme, un style, des posts, des posts, des posts, des posts...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'étau se resserre autour du principal suspect du violent braquage de Kim Karda­shian dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, à Paris. Le 28 janvier, Le Monde a révélé les aveux du cerveau de ce vol, Aomar Ait Khedache - alias «Le vieux», 60 ans -, sur la base de son audition.

Durant sa garde à vue, l'homme - qui par ailleurs a déjà été impliqué dans une affaire similaire en 2010 - a commencé par tout nier. Pourtant, son ADN retrouvé sur les liens en plas­tique utilisés pour ligo­ter l'épouse de Kanye West ne laissait aucun doute quant à sa participation aux faits. Mais au bout de 96 heures d’interrogatoire, l'homme finira par craquer. Il a ainsi confié qu'avec ses complices «ils avaient pu bénéficier de renseignements très précis sur les allées et venues de la star à Paris venant de quelqu’un qui lui était très proche».

Il a également avoué qu'il ne s'attendait par un tel retentissement médiatique: «Je n’aurais jamais pensé une telle ampleur. C’est parti sur une histoire de… une histoire à très basse échelle. Une agression qui a pris une escalade. Je ne sais plus quoi dire.»

Par la suite, le bandit n'a pas manqué de se vanter de la facilité avec laquelle l'attaque a été montée: «L'affaire propre­ment dite était donnée sur Inter­net, avec tout. Les bijoux présen­tés sur Inter­net, préci­sant qu'elle ne portait pas de faux bijoux. Qu'il n'y avait pas de faux, les horaires quand elle venait en France (…) Il suffi­sait de regar­der sur Inter­net pour tout savoir, abso­lu­ment tout.»

Et de préciser: «Ce n'était pas un gros vol à main armé. Il suffi­sait de neutra­li­ser le veilleur de nuit et d'accé­der à la chambre (…) J'ai tout de suite été emballé. C'était une affaire très simple. Ça n'était pas un truc violent. C'est pas un braquo quoi.»

(Le Matin)

Créé: 29.01.2017, 16h16


Sondage

Faut-il établir une liste noire fédérale pour les éleveurs qui maltraitent les animaux?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.