Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 12:01

France Le réalisateur Christophe Ruggia a été placé en garde à vue

Le cinéaste a été interpellé lundi dans le cadre d'une enquête préliminaire. Il a été accusé d'«attouchements» par l'actrice Adèle Haenel lorsqu'elle était adolescente.

Christophe Ruggia.

Christophe Ruggia. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le réalisateur Christophe Ruggia, accusé d'«attouchements» par l'actrice Adèle Haenel lorsqu'elle était adolescente, a été placé en garde à vue mardi, a-t-on appris auprès du parquet de Paris confirmant une information de LCI et Mediapart.

M. Ruggia a été placé en garde à vue par les enquêteurs de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) «dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte le 6 novembre 2019 des chefs d'agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité et harcèlement sexuel», a-t-on indiqué.

À 13 ans, dans «Les Diables»

Dans une enquête de Mediapart publiée début novembre, Adèle Haenel avait dénoncé les agissements du cinéaste avec qui elle a tourné, à l'âge de 13 ans, son premier film «Les Diables».

L'actrice de 31 ans avait témoigné de «l'emprise» que Christophe Ruggia aurait exercée sur elle pendant la préparation et le tournage du film, puis un «harcèlement sexuel permanent», des «attouchements» répétés et des «baisers forcés dans le cou». Les faits auraient eu lieu chez lui et lors de plusieurs festivals internationaux, le tout alors qu'elle était âgée de 12 à 15 ans.

De sa responsabilité

Se refusant d'abord à saisir la justice, Adèle Haenel avait finalement porté plainte à l'issue de son audition par les enquêteurs, le 26 novembre, jugeant que cela relevait de sa «responsabilité de justiciable et de personnalité publique».

Le témoignage de l'actrice, récompensée par deux Césars, a ébranlé l'univers du cinéma français et nourri le débat sur les violences faites aux femmes, également illustré par de récentes accusations de viol contre le cinéaste Roman Polanksi.

L'erreur d'avoir «joué au pygmalion»

Début novembre, Christophe Ruggia avait nié toute agression envers Adèle Haenel. Un peu plus tard, dans un droit de réponse à Mediapart, il avait dit avoir «commis l'erreur de jouer les pygmalions avec les malentendus et les entraves qu'une telle posture suscite».

«Je n'avais pas vu que mon adulation et les espoirs que je plaçais en elle avaient pu lui apparaître, compte tenu de son jeune âge, comme pénibles à certains moments. Si c'est le cas et si elle le peut, je lui demande de me pardonner», avait-il déclaré.

Rôle refusé

Il a ensuite expliqué l'hostilité de l'actrice à son égard par le fait qu'il lui a refusé un film, dans un entretien avec l'hebdomadaire Marianne mi-décembre où il réfutait certains points précis de l'enquête de Mediapart. (AFP/Le Matin)

Créé: 14.01.2020, 10h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.