Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 15:10

TÉLÉVISION Les larmes de Zahia

Après le scandale qui l’a révélée et ses débuts en tant que styliste, Zahia s'est confiée sur TF1 dans l'émission «Sept à huit». Confession et larmes d'une petite fille devenue une redoutable femme d’affaires.

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le public avait déjà eu l’occasion de percer le mystère Zahia lors de la diffusion du documentaire «Zahia de Z à A». C’est pour l’émission «Sept à huit» que l’ancienne courtisane – elle préfère ce terme à call-girl – a accepté de reparler de son enfance et du scandale qui l’a fait connaître.

Son blond platine a été remplacé par un châtain tout doux, queue-de-cheval sixties, minirobe moulante jaune soleil et faux cils ultralongs, voici «la nouvelle» Zahia.

Élevée en Algérie, la jeune femme de 21 ans raconte qu’elle a toujours été très féminine, première de classe et qu’elle voulait être pilote d’avion. Rêves bousculés lors du divorce de ses parents et d’un déménagement en France avec sa mère et son frère. Premières larmes. Retour sur de multiples déménagements, changements d’écoles et déracinement qui chamboulent la poupée. C’est à ce moment-clé qu’elle décide de «tout capitaliser sur son physique».

Arrive le moment de LA question qui dérange. L’affaire du scandale Benzéma-Ribery. La gorge un peu serrée, Zahia explique que sa maman n’était pas au courant de son «gagne-pain» et confesse la tristesse de cette étape. «Je me suis demandé ce que j’allais devenir et pourquoi je devais subir une telle humiliation (…) Cette période a été difficile, je veux refermer ce chapitre de ma vie.» Elle répète également que, à l’aube du procès de Franck Ribéry, Karim Benzéma et six autres personnes appelés à comparaître devant le Tribunal correctionnel de Paris, «ils ne savaient pas que j’étais mineure».

L’entretien se termine sur l’image qu’elle a de la féminité, Zahia donnant sa vision sur le voile, le corps des femmes et son avenir. Son avenir qu’elle gère – soutenue par des investisseurs chinois – d’une main de maître et qui se concrétisera au mois d’octobre pendant la Fashion Week de Paris. Elle aura sa propre boutique éphémère. Un boudoir fantasque et gourmand où pâtisserie et corseterie se côtoieront avec des pièces exclusives de la collection Zahia Dehar.

Créé: 17.06.2013, 13h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.