Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:34

Animaux Un candidat de «L'amour est dans le pré» accusé de cruauté

L'éleveur Thomas Menant est accusé d'avoir maltraité un cheval. Le candidat-célibataire de la célèbre émission de M6 devra comparaître devant un tribunal.

Selon une employée d'un refuge, Thomas Menant pensait que le cheval était déjà mort.

Selon une employée d'un refuge, Thomas Menant pensait que le cheval était déjà mort. Image: Pierre Olivier/M6

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Scandale dans «L’amour est dans le pré»: l’éleveur Thomas Menant, l’un des célibataires à la recherche de l’amour, est accusé de sévices graves et acte de cruauté envers les animaux. Il comparaîtra le 6 septembre pour avoir laissé agoniser son cheval durant 28 heures dans un champ, révèle le Courrier Picard. En mars, un homme avait alerté le refuge d’Oisemont après avoir vu «un cheval dans une prairie, couché sous une bâche tenue avec des pneus» à Allery, dans la Somme.

En soulevant la bâche, il s’était aperçu que l’animal était encore en vie. Le refuge avait alors tenté d’alerter Thomas Menant. Il leur aurait répondu qu’il se trouvait à Paris pour le tournage de l’émission et qu’il ne pouvait pas revenir. «Il pensait que le cheval était déjà mort, explique une employée du refuge. On ne laisse pas une pauvre bête agoniser comme ça pendant des heures.

Créé: 29.07.2013, 07h30

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.