Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 18:17

Santé Agathe Auproux: «Cacher mon cancer n'était pas la meilleure idée»

L'ex-chroniqueuse de «TPMP» raconte sa bataille contre la maladie. Elle précise n'avoir jamais pensé à la mort et que «la pensée positive peut tout faire basculer».

Elle a révélé souffrir d'un cancer en mars 2019. Aujourd'hui, elle est en rémission.

Elle a révélé souffrir d'un cancer en mars 2019. Aujourd'hui, elle est en rémission.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir découvert son lymphome fin 2018, Agathe Auproux a commencé sa chimiothérapie en décembre, dans le plus grand secret. Mais l'ex-chroniqueuse de Touche pas à mon poste a confié avoir eu du mal à être discrète à ce sujet. Elle s'est confiée à ce sujet dans une vidéo publiée par Konbini.

«Cacher un cancer, je ne le recommande pas. Ce n'était pas ma meilleure idée. Au départ, effectivement, j'avais fait le choix, pas tellement réfléchi, un peu plus par un réflexe de protection très primaire, de ne rien laisser paraître.» En mars 2019, elle a décidé de tout révéler. Un moment qu'elle définit comme libérateur: «Je décide de tout révéler parce que si ça peut aider ne serait-ce qu'une personne à se sentir moins seule ou à en parler, se soigner ou faire des démarches dans ce sens-là, ça vaut le coup. Internet, qui peut être une terre très hostile, s'est révélé être un monde d'amour et de soutien, et de bienveillance. Il y en a quelques-uns qui ont pu penser que j'avais fomenté cette histoire de cancer, que ce n'était qu'un vaste buzz... ça m'a beaucoup fait rire.»

«Faire semblant, c'est épuisant»

Durant cette vidéo de 2 minutes 30, Agathe Auproux revient sur les difficultés de vivre avec ce mal au quotidien et de devoir porter un cathéter: «C'est extrêmement compliqué parce qu'il faut choisir ses habits extrêmement minutieusement, surtout que moi, mon cathéter remontait jusqu'à la base du cou, donc on voyait le tube en caoutchouc en relief, donc il fallait que je porte des cols très hauts, des choses très fermées. Faire semblant, c'est épuisant. Ça devient de plus en plus compliqué à dissimuler, je perds de plus en plus mes cheveux, je suis de plus en plus fatiguée.»

Mais Agathe Auproux a toujours fait le choix de rester positive et aujourd'hui, elle est en rémission:« J'espère être guérie, je suis en rémission en tout cas. J'avais l'impression que si je m'autorisais à penser que la maladie pouvait gagner, je n'allais pas dans la meilleure des directions donc, non, je me le suis toujours interdit. Pas une seule fois, je n'ai pensé à la mort. La pensée positive peut tout faire basculer. La force de l'esprit, très important.»

FDA

Créé: 18.10.2019, 11h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.