Vendredi 17 novembre 2017 | Dernière mise à jour 17:42

France L'agresseur avoue avoir insulté Kosciusko-Morizet

Les versions de la candidate de droite et de son agresseur divergent sur un point: le recours à la violence physique. Le procès de l'individu se tiendra en juillet.

Galerie photo

Les élections législatives françaises 2017

Les élections législatives françaises 2017 Près de 6 électeurs sur 10 se sont abstenus. Le parti du président obtient la majorité absolue. Marine Le Pen est élue députée pour la première fois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le procès de l'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet a été renvoyé au 11 juillet, a décidé lundi le tribunal correctionnel de Paris. Le suspect a demandé un délai pour préparer sa défense.

L'agresseur présumé «a reconnu avoir insulté» la candidate de Les Républicains, vaincue dimanche aux législatives françaises. Il a toutefois contesté toute violence physique à son encontre, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

L'homme, âgé de 55 ans, devait être jugé en comparution immédiate lundi après-midi. Après que sa demande a été acceptée, il a été placé sous contrôle judiciaire d'ici à sa prochaine comparution. Il lui est interdit d'entrer en contact avec Nathalie Kosciusko-Morizet et de paraître à proximité du domicile de la candidate LR battue dimanche aux législatives.

Samedi, l'agresseur présumé -maire de Champignolles- s'était rendu de lui-même à la convocation des policiers chargés de l'enquête sur cette altercation qui avait provoqué la chute et l'évanouissement de l'ancienne ministre jeudi sur un marché parisien. Il avait été placé en garde à vue pour «violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public».

Versions divergentes

Les enquêteurs ont entendu le récit de Nathalie Kosciusko-Morizet et du suspect lors d'une confrontation samedi. A ce stade, leurs versions s'opposent. «Il a reconnu avoir insulté NKM, avoir arraché les tracts et les avoir jetés en sa direction. En revanche, il nie tout contact physique et avoir bousculé» la candidate LR comme cette dernière l'affirme, a rapporté une source proche de l'enquête.

D'après le récit d'une journaliste de l'AFP, la candidate de 44 ans, battue dimanche par son adversaire de la République en marche Gilles Le Gendre, distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le Ve arrondissement lorsqu'un homme les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant de «'bobo' de merde».

«A ce moment-là, elle se protège, elle met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure», a relaté un photographe de l'AFP. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2017, 01h52


Sondage

Faut-il préserver le secret bancaire pour les citoyens suisses?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.