Vendredi 20 septembre 2019 | Dernière mise à jour 19:36

Tape-à-l’œil Amber Rose milite pour la fin de la «taxe tampon»

La sulfureuse bimbo dénonce la taxe perçue lors de la vente des tampons et serviettes hygiéniques, non reconnus comme des produits de première nécessité, aux USA.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aux USA, 36 États continuent de percevoir des taxes de vente sur les tampons et les serviettes hygiéniques parce qu'ils ne pas reconnus comme des produits de première nécessité.

Le collectif Period Equity a décidé de dénoncer cette pratique au travers d'une campagne satirique, comme le rapporte le site ladn.eu.

Le clip vidéo, réalisé en collaboration avec l'agence de publicité J. Walter Thompson, met en scène la sulfureuse Amber Rose portant autour du cou un magnifique collier. L'écrin diamanté contient en réalité un tampon.

«Le fait que la plupart des États considèrent encore le tampon comme un produit de luxe est un énième exemple de l’inégalité entre les sexes dans ce pays», explique Amber Rose. Et d'ajouter: «Ce que j’aime dans cette campagne, c’est sa réalité sarcastique et inédite. C’était un honneur d’en faire partie et j’espère que le message, ainsi que les beaux bijoux du fimm, attireront l’attention des gens pour que nous puissions abolir cette taxe ridicule».

Pour rappel, la célèbre «taxe tampon», perçue en France, a été supprimée en 2015. Cette dernière est ainsi passée de 20% à 5,5%.

Créé: 03.10.2017, 11h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.