Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 18:17

Le poids des mots «Elle n'est plus amoureuse de François Hollande»

Elle la côtoie depuis dix-huit ans à «Paris Match». La Suissesse Catherine Schwaab, auteure de douze pages dans ce même magazine sur le livre de Valérie Trierweiler, revient sur sa collègue et les raisons de sa colère.

Catherine Schwaab (à droite), rédactrice en chef à Paris Match, en charge du document, de la santé et spécialiste culture, mode et show-business: le livre de Valérie Trierweiler «est bien écrit, mieux que certains de ses articles. Son style n’a jamais été aussi personnel».

Catherine Schwaab (à droite), rédactrice en chef à Paris Match, en charge du document, de la santé et spécialiste culture, mode et show-business: le livre de Valérie Trierweiler «est bien écrit, mieux que certains de ses articles. Son style n’a jamais été aussi personnel». Image: DR/AFP

Galerie photo

Valérie Trierweiler, ex-première dame

Valérie Trierweiler, ex-première dame Valérie Trierweiler a entamé lundi 27 janvier en Inde son premier voyage en tant qu'ex-première dame. Sa séparation avec François Hollande est désormais officielle.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Etes-vous une proche ou juste une collègue de Valérie Trierweiler?

Une collègue, simplement. Mais je la connais depuis vingt ans. On m’a désignée pour écrire cet article, je n’étais au courant de rien. J’ai dû me rendre, en catimini, à la maison d’édition, avec le directeur de la rédaction Olivier Royan, pour lire ce livre, titré «Merci pour ce moment». L’éditeur Laurent Beccaria refusait de nous donner les bonnes pages! Valérie Trierweiler a été consultée et a accepté que je fasse le papier. J’ai fonctionné avec elle par SMS, je ne lui ai pas parlé. La difficulté a été de restituer l’atmosphère générale du bouquin.

Est-ce un bon livre?

Oui, il est bien écrit, mieux que certains de ses articles. Son style n’a jamais été aussi personnel: elle a trouvé un ton et donne beaucoup d’informations. La structure du livre est intéressante. Elle se situe au présent et fait des flash-back. Son récit est à la première personne. Il fallait du courage pour l’écrire.

Pourquoi l’a-t-elle fait?

D’abord, elle a été bafouée à la face du monde. Il y a une part de vengeance ou plutôt de représailles. Elle a été folle de François Hollande. Sa rancœur est à la mesure de la passion qu’elle a eue pour lui. Malgré tout, elle est toujours apparue comme une femme glaciale, hautaine et renfrognée, même ici à la rédaction de Paris Match, où on sait qu’elle n’a pas un caractère souple, qu’elle est cassante. Ce n’est ni une douce, ni une bienveillante! Or elle révèle là beaucoup d’émotion, un manque de confiance en elle, de la souffrance, surtout. On comprend qu’elle n’avait pas trouvé sa place à l’Elysée et qu’il lui manquait le soutien de son homme. Je pense que ce livre a aussi une vertu thérapeutique pour elle: elle a voulu donner sa vérité pour refaire sa vie.

Justement, que va-t-elle devenir après tout ça?

Elle ne sera pas écrabouillée par ce bouquin. Elle va se relever! Mais elle n’est plus amoureuse de François Hollande. Ce livre, vomi par la classe politique, lui donne un statut, une carrure.

Comment se relèvera-t-elle?

Elle est toujours journaliste à Paris Match. Nous allons profiter de son intéressant carnet d’adresses. Elle a aussi pris une dimension internationale dans l’humanitaire dont nous allons nous servir. Mais elle n’écrira plus sur la politique, ça, c’est fini. Elle n’a pas la stature d’un reporter de guerre, mais elle fera des reportages, dans le style d’Angelina Jolie. Elle a acquis une petite célébrité!

Va-t-elle s’exprimer sur ce livre dans le Journal de 20 heures sur TF1 ou France 2, ou ailleurs?

Je ne crois. Ce n’est pas son truc. Elle a écrit ce livre, maintenant elle le laisse vivre sa vie. Mais Valérie est si imprévisible! Actuellement elle n’est pas en France, il était prévu qu’elle parte… (elle se trouverait en Irak pour Paris Match, afin de rencontrer les chrétiens persécutés, ndlr).

Savez-vous comment elle se sent après avoir écrit son livre?

J’ai demandé à son éditeur qui m’a dit qu’il la sentait soulagée, apaisée. Mais Valérie n’a jamais été dans la gaieté ou la légèreté. Elle est juste… plus légère maintenant que sa rancœur est sortie.

Après la lecture de ce livre, votre avis sur elle a-t-il changé?

Oui, je la vois différemment. Elle révèle enfin sa fragilité, son humanité. Elle était si fermée à Paris Match! Elle détestait parler de choses privées et ne voulait jamais poser pour nous avec François Hollande et les enfants, par exemple, comme je le lui avais suggéré. Elle disait non à tout. On lui en a voulu… En la lisant, on se met à sa place. Elle a souffert de ne pas être légitime, de voir François Hollande se déshumaniser en accédant au pouvoir suprême.

Le pouvoir rend-il fou?

Quand on la lit, on constate en tout cas qu’il change profondément les gens. Valérie raconte que François Hollande s’éloignait de plus en plus d’elle. Elle devait passer par son conseiller en communication, à l’époque Claude Sérillon, pour avoir un rendez-vous privé avec lui. Il y avait toujours un bataillon de conseillers autour de lui. Le président s’est vite montré aux abois. Elle le décrit dépassé, tendu, englouti. De par ses origines modestes, Valérie Trierweiler se sent rejetée. Elle est trop spontanée, c’est-à-dire qu’elle n’a pas d’approche stratégique comme l’a fait Carla Bruni. Elle n’a pas trouvé les clés de ce monde impitoyable.

L’image du président s’en retrouve ternie, au moment où il est au plus bas dans les sondages…

Le sujet du livre est avant tout la passion amoureuse et la trahison. Mais on découvre un homme hésitant entre mille décisions. Les Français qui la liront se rendront compte de son côté besogneux, du fait qu’il ne contrôle pas la situation. Il faut reconnaître que ce n’est pas facile avec une telle situation économique. Il ne faut pas un président «normal», mais un surhomme pour faire face à tout ça!

Comment l’Elysée n’a-t-il pas pu museler Valérie?

François Hollande pensait qu’en gardant le contact avec des SMS, il pouvait la circonscrire. Mais elle savait très bien que l’Elysée et les services secrets étaient terrorisés à l’idée qu’elle s’exprime. Son éditeur pensait qu’elle était sous surveillance. Elle a donc écrit sur un ordinateur non connecté et emportait avec elle sa clé USB.

Avez-vous vu ces SMS surréalistes que lui envoie le président?

Non, mais elle les a montrés à son éditeur. Elle en recevait jusqu’à vingt-neuf par jour. Quand elle a mis un point final à son bouquin, elle ne lui a plus du tout répondu.

Elle exprime aussi une jalousie maladive dans son livre. En veut-elle davantage à Ségolène Royal ou à Julie Gayet?

Quand elle était à l’Elysée, elle ne supportait pas la proximité de Ségolène qui a sorti plusieurs contre-vérités sur leur couple. Ce n’était pas de la jalousie mais de la haine qu’elle avait pour Ségolène! Mais aujourd’hui, je crois qu’elle éprouve une sorte de sororité avec elle. Elle sait par quoi Ségolène a passé. C’est envers Julie Gayet qu’elle souffre d’une blessure d’orgueil. C’est la femme qui lui a volé son homme.

«Merci pour ce moment», Ed. Les Arènes, 320 p. En librairie à Genève depuis hier et à Lausanne la semaine prochaine.

Créé: 06.09.2014, 16h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.