Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 21:13

France Braquage de Kardashian: assises réclamées pour 12 suspects

Les truands qui ont braqué Kim Kardashian dans son hôtel parisien en 2016 doivent être renvoyés aux assises, demande le parquet.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, Kim Kardashian s'était fait braquer par cinq hommes dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, Kim Kardashian s'était fait braquer par cinq hommes dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet français a demandé le renvoi aux assises des douze suspects dans le braquage spectaculaire, en octobre 2016 à Paris, de la starlette américaine Kim Kardashian, a indiqué mercredi une source judiciaire. Les bijoux n'ont jamais été retrouvés.

Avec un butin d'environ 9 millions d'euros (9,72 millions de francs), le groupe, décrit par les policiers comme une bande de truands à l'ancienne, est soupçonné d'avoir réalisé le plus gros braquage au détriment d'un particulier des vingt dernières années en France.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la starlette américaine, alors âgée de 36 ans, s'était fait braquer par cinq hommes dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Deux des voleurs l'avaient menacée avec une arme sur la tempe, avant de la ligoter, de la bâillonner, puis de l'enfermer dans la salle de bain.

Bijoux fondus en or

Les braqueurs avaient emporté plusieurs bijoux en diamant et en or, dont une pierre de 18,88 carats, évaluée à près de quatre millions d'euros. Leur chef présumé, surnommé «Omar le vieux», a affirmé aux enquêteurs avoir confié le diamant à une personne dont il n'a pas révélé l'identité et avoir fait fondre les bijoux en or.

Le parquet de Paris demande que ces cinq braqueurs présumés, désormais libres sous contrôle judiciaire, soient jugés notamment pour «vol en bande organisée avec arme», «séquestration» et «association de malfaiteurs», le plus souvent en récidive, selon la source judiciaire.

Le ministère public demande aussi un procès pour le receleur présumé, appelé «Nez râpé», pour s'être rendu à huit reprises en deux mois à Anvers, capitale de la joaillerie, dont deux fois en compagnie d'«Omar le vieux».

La menace d'un procès se précise aussi pour trois proches d'«Omar le vieux»: son fils, soupçonné d'avoir joué le rôle de chauffeur, sa compagne et un de ses amis accusés tous deux d'avoir participé à l'organisation du coup. Le père d'un des braqueurs risque lui d'être jugé pour détention illégale d'armes et les deux derniers mis en examen pour avoir fourni des informations au gang. (ats/nxp)

Créé: 04.06.2020, 02h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.