Mercredi 18 septembre 2019 | Dernière mise à jour 02:19

Santé Britney aurait été droguée et forcée à aller en psychiatrie

La chanteuse accuse son père du pire. Un juge a ordonné qu'elle soit reçue par un expert avant de se prononcer sur l'affaire.

Britney Spears est sous la tutelle de son père depuis 2008.

Britney Spears est sous la tutelle de son père depuis 2008. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La semaine passée, Britney Spears a affirmé au tribunal que son père l'avait forcée à entrer dans une unité psychiatrique et à prendre des médicaments contre son gré.

Soutenue par sa mère Lynne, la chanteuse de 37 ans fait ces déclarations en même temps qu'elle tente de modifier une décision judiciaire de 2008, qui autorise son père, Jamie, à gérer ses affaires, en raison de son état mental fragile.

Britney aimerait aujourd'hui être libérée de la tutelle de son père, tout en permettant à sa mère de s'impliquer dans la gestion de ses affaires.

Le père et la mère se vouent une bataille féroce depuis leur séparation. Résultat, selon le site TMZ: le juge a ordonné une nouvelle évaluation psychiatrique, avant de rendre sa décision.

Elle aurait abandonné son traitement

Le journal «The Sun» ajoute que la chanteuse de «Baby One More Time» aurait abandonné son traitement. Elle souffrirait actuellement de troubles du comportement et aurait quitté le tribunal pieds nus.

Créé: 15.05.2019, 18h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés People