Lundi 22 octobre 2018 | Dernière mise à jour 03:07

Miss Earth Suisse 2016 «C'est un cadeau pour ma maman»

La Vaudoise Manuela Oppikofer, 25 ans, a décroché le titre samedi soir à Spreitenbach. En 2017, l’élection se fera à Lausanne.

Manuela Oppikofer a rapporté de Spreitenbach la couronne de Miss Earth Suisse 2016, pour la plus grande fierté de ses parents.

Manuela Oppikofer a rapporté de Spreitenbach la couronne de Miss Earth Suisse 2016, pour la plus grande fierté de ses parents. Image: Christoph Ammann

Manuela Oppikofer et sa première dauphine, Noémi Wira. (Image: Christoph Ammann / LDD)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je me suis dit pendant toute la soirée que c’était mon show et que je devais profiter à fond. J’ai gardé mon sourire du début jusqu’à la fin.» Mission réussie pour Manuela Oppikofer, de Lausanne (VD). Elle a rapporté de Spreitenbach la couronne de Miss Earth Suisse 2016, pour la plus grande fierté de ses parents, qui étaient dans le public samedi soir.

«Je n’avais pas vu un tel bonheur dans les yeux de ma maman depuis ma participation à une compétition internationale juniors d’athlétisme. C’était un très beau cadeau, à la fois pour elle et pour moi. Ma sœur a dû rester à la maison car elle a un petit bébé.» Manuela Oppikofer, 25 ans, va collaborer à l’avenir avec la Croix-Rouge. Un déplacement au Ghana est prévu courant juin. Elle va également se mettre au service d’autres associations. Au moment de sa candidature, la jeune Vaudoise avait évoqué l’idée d’un centre de soins pour les enfants défavorisés de son pays d’origine, le Cameroun. «Je suis plus motivée que jamais pour concrétiser ce projet. Là, j’ai fait un pas en avant très important.»

Manuela Oppikofer, qui est également soldate dans l’armée suisse, est restée naturelle tout au long de l’aventure Miss Earth Suisse: «Je n’ai jamais joué de rôle.» Reste que, samedi soir, elle ne s’attendait pas à prendre le meilleur sur les neuf autres candidates. «A dire vrai, je ne m’en suis pas encore remise», confie-t-elle. Noémi Wira, 25 ans, est sa première dauphine. Début 2017, l’élection se tiendra à Lausanne. (Le Matin)

Créé: 09.05.2016, 05h56

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.