Mercredi 19 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:10

Koh-Lanta Le candidat soupçonné d'agression sexuelle a été «blanchi»

Pour l'avocat d'Eddy G., son client avait été «blanchi» par la police «sans qu’il y ait la moindre poursuite à son égard».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'affaire continue dans ce terrible épisode de «Koh-Lanta». L’homme soupçonné d’avoir agressé sexuellement une autre participante lors du tournage du divertissement a été mis en examen et libéré lundi 14 mai dans la soirée. Maître Jeremie Assous, l'avocat d'Eddy G., a expliqué à Franceinfo que son client avait été «blanchi» par la police «sans qu’il y ait la moindre poursuite à son égard».

Selon l’avocat, qui affirme que des témoins contredisent la version de la plaignante, si les policiers ont décidé de libérer son client sans prolonger la garde à vue, c’est pour envoyer «un signe» notamment «aux médias et au public pour dire qu’il ne faut pas soupçonner mon client d’avoir commis la moindre infraction». «Les policiers ont considéré qu’il était totalement inutile et injuste de continuer à priver le suspect de liberté», a-t-il déclaré.

«C’est à la suite de la confrontation des explications [de son client] à la version de la plaignante qu’il a été remis en liberté, donc là, il n’existe aucun soupçon à son encontre». Maître Jeremie Assous envisage même d’aller plus loin dans la procédure puisque selon lui, son client a subi un «énorme préjudice et nous allons obtenir réparation».

De son côté, Candide Renard n'a pas souhaité réagir à ces déclarations. Maître Léon del Forno a néanmoins tenu à assurer la confiance que la plaignante plaçait dans la police: «Elle attend les suites de la procédure pénale avec sérénité et détermination.» L’avocat dément l’existence de témoins contredisant la version de la plaignante: «qu’il soit fait état de prétendus témoins confirmant ou informant sa version des faits relève d’une pure stratégie de fake news.»

«De telles méthodes visant à déstabiliser une plaignante dénonçant des faits aussi graves à un stade aussi préliminaire d'une enquête sont proprement inadmissibles et ne seront pas tolérées», a ajouté Me del Forno. (Le Matin)

Créé: 15.05.2018, 09h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.