Jeudi 2 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:35

Mythique Chantal Goya: «Si je ne me réjouissais plus, j'arrêterais tout»

L’idole des petits était de passage à La Chaux-de-Fonds pour une rencontre avec ses fans au pays des merveilles.

Vidéo: Mediaprofil

Galerie photo

Chantal Goya n'a pas l'intention de s'arrêter

Chantal Goya n'a pas l'intention de s'arrêter L'idole des petits était de passage à La Chaux-de-Fonds pour une rencontre avec ses fans au pays des merveilles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il faut vite que je me remette de la poudre, j’ai tellement ri que j’ai fait couler mon mascara», sont les premiers mots que l’on a entendus de la bouche de la joyeuse Chantal Goya hier à La Chaux-de-Fonds! Elle était invitée du centre commercial Les Entilles, afin d’y lancer «Alice aux pays des ballons», un labyrinthe et un décor qui animeront le lieu pendant 10 jours.

La lumineuse chanteuse de 75 ans, avant de rejoindre une horde de petits (et moins petits) fans qui l’attendaient, nous a confié avec gentillesse son secret pour durer: le plaisir et le naturel. «J’ai toujours été en osmose avec moi-même. Je ne suis pas trafiquée, je suis sincère et si je ne vais pas bien, vous pouvez le voir immédiatement, et inversement!»

Hier, elle était résolument dans un jour heureux lorsqu’elle nous confiait qu’elle avait hâte de repartir en tournée en 2019, avec le spectacle de ses débuts «Le soulier qui vole». «Depuis bientôt 40 ans de carrière, j’ai été en tournée, où dehors, presque tous les week-ends, ça fait partie de ma vie. J’en ai fait des galas, dans la France entière, en Suisse aussi, je me souviens des Fêtes de Genève. Je crois que j’ai tout fait et toujours avec bonheur, parce que si je ne me réjouissais plus, j’arrêterais tout!»

Chantal au pays des merveilles

Juste avant sa dédicace, Chantal Goya nous racontait combien elle aime les contes et les histoires pour les enfants. «Moi, j’incarne Marie-Rose dans mes spectacles et c’est toujours dans un pays imaginaire, alors Alice et son pays des merveilles, ça fait aussi partie de mon univers, et il y a ce fameux lapin et cette histoire. Mon mari, Jean-Jacques Debout, c’est un peu mon Lewis Carroll à moi, il m’a inventé tellement d’histoires et de musiques merveilleuses alors que je ne pensais pas faire carrière.»

Impossible de l’imaginer autrement que chanteuse lorsqu’elle monte sur scène quelques minutes plus tard. Tout sourire, elle enchaîne «Un lapin», «Bécassine» puis «L’alphabet en chantant» accompagnée de pleins d’enfants qui connaissaient toutes les paroles par cœur pendant que leurs parents les filmaient… en chantant aussi! C’est ça Chantal Goya, un petit bout de femme qui aujourd’hui peut regarder dans le rétro et qui y verra une empreinte indélébile, comme les stylos qu’elle utilisera ensuite pour signer des dizaines de disques et de photos.

Quand on la quitte, on lui demande ce que l’on peut lui souhaiter. Chantal Goya, qui a perdu sa maman il y a peu, nous répond: «La santé, le reste, je m’en accommode parce que je suis assez débrouillarde. Je ne me pose pas des milliards de questions.»

Créé: 03.05.2018, 07h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.