Jeudi 23 mai 2019 | Dernière mise à jour 09:11

Emily Ratajkowski Son corps, son champ de bataille

À l’entendre, les femmes ont tout à gagner en s’affichant nues sur les réseaux sociaux. Le problème, c’est sa plastique qui étouffe sa voix. Portrait d’une féministe déclarée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emily Ratajkowski veut être notre nouvelle meilleure amie. Pas la nôtre personnellement, mais celle de toutes les femmes du monde qui souhaitent vivre en harmonie avec leur corps, peu importe leurs mensurations. Le mannequin anglo-américain de 25 ans, révélé en 2013 dans le clip «Blurred Lines» de Robin Thicke, où elle dansait topless, a développé depuis quelques mois un discours très engagé sur la sexualité, le désir et la nudité féminine. Sa sincérité lui vaut de défendre Kim Kardashian à chacun de ses selfies sexy, réduits dans l’opinion publique à une simple démonstration de son ego surdimensionné. En mars dernier, Emily Ratajkowski n’avait pas laissé passer les critiques de l’animateur Piers Morgan sur Kim Kardashian, qui disait que «passé 35 ans, c’était un comportement ridicule». «Nous sommes bien plus que nos corps, mais cela ne signifie pas que l’on doit être critiquées pour ça ou pour notre sexualité», avait-elle réagi lors d’une interview avec la journaliste politique Naomi Wolf dans le magazine Harper’s Bazaar cet été. Pour illustrer la force de ses propos, elle avait posé nue, telle une déesse, sur un cheval blanc.

Une vidéo devenue un boulet

A dire vrai, ce cliché a fait plus vite le tour des réseaux sociaux que ses mots. Son dernier discours féministe a été publié dans l’édition américaine de Glamour, avec comme angle d’attaque le fait que les «femmes ne doivent jamais renoncer à leurs instincts humains pour obtenir en échange de l’attention». Hors de question de s’excuser de réclamer l’attention d’autrui. «Nous ne devons d’explication à personne, il n’est pas de notre responsabilité de changer la manière dont nous sommes perçues. C’est celle de la société.»

Chose étrange, Emily Rataj-kowski ne revient pas volontiers sur ses débuts dans le show-business, lassée d’être sans cesse décrite comme «la fille de Blurred Lines». «C’était il y a trois ans et l’on m’en parle encore. C’est devenu le fléau de mon existence», a-t-elle confié à un magazine de mode britannique. N’empêche que grâce à cette vidéo tournée en un seul jour et qui a été vue des millions de fois sur YouTube, Emily Rataj-kowski a obtenu son ticket d’entrée pour le cinéma. En 2014 David Fincher, le réalisateur de «Gone Girl», avec Ben Affleck dans le rôle masculin principal, a tout de suite compris comment elle pouvait devenir Andie Fitzgerald, la maîtresse du mari accusé d’avoir fait disparaître son épouse (brillamment joué par Rosamund Pike): «Il nous fallait quelqu’un que les femmes pouvaient détester inconsciemment dès le début. Et les hommes, aussi, tout en se disant «mais quand même»... Si un homme est prêt à ruiner sa vie pour une fille de 21 ans, elle doit avoir quelque chose de vraiment spécial, et Emily a ça. C’est une fille mature et qui souhaite être autre chose que la «fille du moment».

Reste que pour rester dans la lumière, la jeune femme utilise les codes classiques de la robe hypersexy sur le tapis rouge. Quitte à choquer. Sa tenue griffée Julien Macdonald, portée le 9 septembre lors d’une soirée durant la Fashion Week de New York, lui a valu des critiques cinglantes. Face à tant de haine, Emily Ratajkowski est montée au créneau sur les réseaux sociaux: «Nous sommes en 2016. Qui contrôle le corps des femmes à notre époque? Pourquoi cette dictature sur ce qu’une femme peut porter ou pas?» Le débat reste ouvert. (Le Matin)

Créé: 29.09.2016, 06h44

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.