Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Choc Géraldine Fasnacht contaminée a eu peur pour son bébé

La championne de wingsuit et son époux ont contracté le coronavirus. Dans «L'Illustré», elle explique sa quarantaine dans son chalet à Verbier (VS) avec son fils de 3 mois.

Géraldine Fasnacht a eu peur d'avoir contaminé son bébé de trois mois.

Géraldine Fasnacht a eu peur d'avoir contaminé son bébé de trois mois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Géraldine Fasnacht s'est confiée à «L'Illustré» de ce mercredi 1er avril, juste à la fin de sa quarantaine. Elle révèle qu'elle et son mari, Simon Wandeler, ont contracté le virus et sont restés confinés dans leur chalet à Verbier (VS). «Simon, à qui j’ai probablement transmis le virus, a eu des symptômes plus violents que moi, beaucoup de douleurs musculaires, la gorge en feu, il a passé deux jours au lit sans forces. Moi, c’était moins éprouvant, mais je dors dix heures par nuit avec en plus des siestes. Et on a perdu l’odorat et le goût, ce qui est très désagréable», décrit-elle.

L’hebdomadaire explique que la championne de wingsuit avait surtout peur d'avoir de graves problèmes respiratoires ou d'avoir contaminé son bébé, qu'elle allaite. La Vaudoise de 39 ans est maman d'un petit Odin Merlin Arthur, qui vient de fêter ses 3 mois, le 27 mars dernier. «Heureusement, nous avons d’excellents médecins à Sembrancher, qui m’ont rassurée. Nous nous sommes proposés aussi pour qu’on prenne nos anticorps une fois immunisés.»

«Un confinement de luxe»

Géraldine Fasnacht raconte avoir annulé plusieurs conférences, dont une à New York. Son dernier déplacement professionnel était le 5 mars dernier à Paris. Elle pensait que les organisateurs allaient supprimer l'événement, car elle s'est tout de suite méfiée du virus. «Même avant de l’attraper, je sortais masquée et emmitouflée! J’ai parfois l’impression que tout le monde ne réalisait pas que c’était sérieux!»

En témoignant, la sportive souligne qu'elle ne veut pas se plaindre, car elle a la chance d'avoir eu un «confinement de luxe». «Nous sommes tous les trois en famille. D’autres amis n’ont pas cette chance. J’ai de belles fenêtres, un hamac sur le balcon, je fais du yoga en ligne, la jeunesse du village fait les courses pour les personnes dans notre situation, ils les déposent devant la porte.» Il s'agit avant tout d'un message pour montrer qu'on s'en sort et inciter à continuer de respecter les mesures imposées.

FDA

Créé: 01.04.2020, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.