Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:16

Star polémique Gérard Depardieu, des succès et des excès

Accusations de conduite en état d'ivresse, collaborations en Ouzbékistan, exil fiscal et coup de gueule contre le Premier ministre: Gérard Depardieu fait plus que jamais la une mais son actualité a déserté les pages culture.

Galerie Photos

Visitez l'hôtel particulier de Gérard Depardieu

Visitez l'hôtel particulier de Gérard Depardieu L'acteur, qui a décidé d'aller habiter en Belgique pour des raisons fiscales, a mis en vente son hôtel rue du Cherche-Midi, en plein cœur de Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je ne jette pas la pierre à tous ceux qui ont du cholestérol, de l'hypertension, du diabète ou trop d'alcool ou ceux qui s'endorment sur leur scooter: je suis un des leurs», écrit-il dans une lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault, assumant les excès comme les succès d'une carrière aux 170 films.

A bientôt 64 ans - il les aura le 27 décembre -, celui qui incarne Obélix annonce, dans ce courrier publié dans le Journal du dimanche, qu'il «rend» son passeport français.

Gérard Depardieu s'estime «injurié» par les critiques sur son exil fiscal en Belgique. Ce «coup de gueule» a soulevé une nouvelle tempête de réactions une semaine après la confirmation de l'installation en Belgique de celui qui a joué tous les plus grands personnages de la littérature française, de Cyrano de Bergerac à Jean Valjean en passant par Edmond Dantès et Jean de Florette. S'il tourne toujours autant, le monstre sacré du cinéma français fait la une de plus en plus dans les pages politiques ou faits-divers.

Violence et ivresse

Il doit comparaître le 8 janvier devant la justice pour conduite en état d'ivresse, après avoir fait une chute de scooter fin novembre à Paris alors qu'il conduisait sous l'emprise de l'alcool.

Celui qui incarne mieux que quiconque la démesure avait eu une altercation en août avec un automobiliste en plein Paris, qui avait porté plainte contre lui. L'acteur avait reconnu avoir frappé l'automobiliste alors qu'il se trouvait en scooter, expliquant avoir eu peur d'être déséquilibré en raison de sa conduite et avait lui aussi porté plainte pour conduite dangereuse.

L'an dernier, c'est à bord d'un avion que la star s'illustre. Pris d'une envie pressante, il urine hors des toilettes avant le décollage d'un vol Paris-Dublin avant d'être débarqué de l'avion à Roissy. En 2005, il avait assommé d'un coup de tête un paparazzi qui le mitraillait sur un marché de Florence.

A ces dérapages s'ajoute la chronique des aventures d'un acteur-businessman donnant parfois l'image de consacrer désormais plus d'attention à ses investissements divers et variés dans des affaires qu'à une carrière cinématographique déjà maintes fois récompensée.

Des investissements hétéroclites

Cet amateur de bonne chère est devenu propriétaire de plusieurs vignobles en France (Anjou, Languedoc-Roussillon, Bordelais) comme à l'étranger (Maroc, Algérie, Espagne, Argentine) et a investi dans divers restaurants et brasseries à Paris. «Je fais travailler 80 personnes dans des entreprises qui ont été créées pour eux et qui sont gérées par eux», écrit Gérard Depardieu dans sa lettre ouverte où il se vante d'être un «citoyen du monde».

Celui qui avait aussi investi il y a une dizaine d'années dans l'activité pétrolière à Cuba regarde aujourd'hui vers l'Asie centrale, via des collaborations artistiques avec la fille du président ouzbek Islam Karimov. Il vient de tourner dans une série co-écrite par Gulnara Karimova et enregistrer une chanson avec celle qui est aussi la représentante permanente de son pays auprès des Nations unies à Genève, un pays très critiqué pour son bilan en matière des droits de l'Homme.

Sur un registre plus intime, en 2008, l'acteur a dû supporter le drame de la mort de son fils Guillaume, à l'âge de 37 ans, épilogue d'une existence marquée par la vitesse, la violence, la drogue et l'alcool qui l'avaient conduit en prison. (afp/nxp)

Créé: 16.12.2012, 15h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.