Samedi 15 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:27

Accident Gilets jaunes: Hugo Clément blessé à la tête

Blessé alors qu'il s'approchait d'une barricade, le journaliste affirme que «le projectile provenait du cordon des forces de l'ordre».

Alexandra Rosenfeld a posté un message de la part du journaliste dont le téléphone portable a été volé durant la manifestation.

Alexandra Rosenfeld a posté un message de la part du journaliste dont le téléphone portable a été volé durant la manifestation. Image: Instagram

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est plutôt impressionnant à voir. Atteint par un projectile à la tête samedi soir à Paris, Hugo Clément, journaliste à Konbini News, affirme avoir été victime d'un «tir tendu qui va à l'encontre des règles de sécurité élémentaires» et qui pourrait être, selon lui, l’œuvre des forces de l'ordre.

Il était 18h15 sur le boulevard Malesherbes ce 1er décembre lorsque le journaliste, qui circule alors en scooter avec sa compagne, décide de s'arrêter pour faire des images avec son téléphone portable. Au même moment, des manifestants qui ont pris part à la journée de mobilisation des gilets jaunes à Paris ne sont pas loin.

Voir cette publication sur Instagram

Message de @hugoclementk ????

Une publication partagée par Alexandra Rosenfeld (@alexandrarosenfeld) le

«J'ai garé le scooter et commencé à filmer, en conservant mon casque de moto sur la tête. J'étais vêtu d'une parka bleu nuit, et je n'étais pas identifié comme journaliste», explique-t-il dans un long message publié par sa compagne, l'ex-miss France Alexandra Rosenfeld, sur Twitter.

«Au bout de quelques secondes, alors que j'étais tourné vers le cordon de policiers progressant vers la barricade, les manifestants étant dans mon dos, j'ai été percuté par un projectile en plein visage. La visière du casque a explosé et je suis tombé», poursuit le journaliste. Alors que celui-ci est au sol, une personne profite du choc pour lui arracher le téléphone des mains et s'enfuir. Dans le même temps, des manifestants prennent en charge le blessé, pour lui prodiguer les premiers soins.

Si les circonstances de cet incident demeurent floues, Hugo Clément affirme que «le projectile provenait du cordon des forces de l'ordre. Les manifestants étaient dans mon dos, et les policiers ont chargé juste après.»

Sans mettre directement en cause la police, Clément pointe une imprudence coupable. «S'agissait-il d'une balle de flashball ou d'une grenade lacrymogène? Je ne peux pas le savoir. Une chose est sûre: ce projectile a été tiré à hauteur de tête, puisque je l'ai reçu en plein visage. Je ne pointe pas du doigt l'ensemble des policiers, qui ont dû travailler dans des conditions très difficiles et stressantes. Je regrette simplement ce tir», assure l'intéressé.

Conduit à l'hôpital Bichat où lui ont été posés sept points de suture, Hugo Clément s'estime chanceux d'avoir eu son casque sur la tête au moment des faits. «Il a amorti l'impact et m'a probablement évité une blessure beaucoup plus grave», a conclu le journaliste. (Le Matin)

Créé: 03.12.2018, 10h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.