Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:45

Cinéma Jamie Bell inquiet de jouer un néo-nazi

L'acteur a confié avoir craint pour sa sécurité alors qu'il incarnait Bryon Widner dans le film «Skin».

Image: Capture écran

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jamie Bell n'avait pas l'esprit tranquille pendant le tournage de «Skin», qui raconte l'histoire vraie du néo-nazi Bryon Widner. Le film indépendant est basé sur le court métrage oscarisé du même nom, du réalisateur-scénariste Guy Nattiv. Il suit le néo-nazi au moment où il commence à remettre en question son allégeance au mouvement suprémaciste blanc.

Peur d'être pris pour cible

Aux États-Unis, des commentateurs ont imputé au président Donald Trump la montée des agressions racistes et de la suprématie blanche et Jamie Bell a révélé qu'il était terrifié à l'idée de faire le film, craignant d'être pris pour cible.

«Honnêtement, j'avais très peur, a déclaré l'acteur de 33 ans dans une interview pour le podcast The Big Ticket. Ce film a suscité beaucoup de peur et d’inquiétude. J'étais inquiet. Je pense que ce sont des gens avec qui il ne faut pas jouer, vraiment. Ils sont organisés, ils sont armés.»

Le père de deux enfants a ensuite évoqué le rassemblement pour la suprématie blanche, Unite the Right qui s'est tenu en 2017 à Charlottesville, en Virginie.

«Ils ont montré et continuent de montrer que ce sont des gens qui ne craignent pas de se montrer. Ils ne se soucient pas que l'on voit leur visage, de porter des flambeaux, de dire ce qu'ils disent, de crier ces slogans. Donc, du point de vue de ma sécurité, j’avais peur», a-t-il avoué.

«Nous ne devrions pas faire ce film»

Jamie Bell a ensuite révélé qu'il avait parlé à Bryon Widner sur Skype pour la première fois le même jour où le suprémaciste blanc James Alex Fields Jr. avait délibérément foncé dans une foule de manifestants avec sa voiture, tuant Heather Heyer et faisant de nombreux blessés.

L'acteur était tellement effrayé par cet événement meurtrier qu'il a appelé Guy Nattiv et l'a supplié de revenir sur sa décision de faire le film.

«J’ai dit à Guy : Je ne pense pas que nous devrions faire ce film, mec. Je pense que c’est trop incendiaire en ce moment. C’est trop explosif», s'est-il souvenu.

Créé: 18.08.2019, 16h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.