Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 02:31

People Jennifer Aniston: «Ni enceinte ni mariée!»

L’actrice s’adonne à un strip-tease dans son film. A 44 ans, elle s’amuse des rumeurs la concernant.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jennifer Aniston n’est pas la première à se déshabiller dans un film. Avant elle, Demi Moore, Halle Berry ou Sharon Stone ont toutes dévoilé leurs avantages. Mais Jen, elle, n’hésite pas à se dénuder pour faire rire. À 44 ans, elle est plus à l’aise que jamais, probablement grâce à l’amour de sa vie, l’acteur Justin Theroux. «Bon alors, je ne suis pas enceinte et je ne vais pas me marier demain», lance-t-elle d’emblée dans les salons d’un palace de New-yorkais où elle nous reçoit à l’occasion de la sortie, aujourd’hui dans les salles romandes, de la comédie «Les Millers, une famille en herbe».

La quarantaine venue, est-ce que le fait d’incarner une stripteaseuse vous a permis d’acquérir plus de confiance?

Non, je suis sûre de moi depuis longtemps. Mais j’aime m’imposer des challenges. Le potentiel comique de cette histoire est énorme: un trafiquant de drogue se constitue une fausse famille pour faire son business incognito entre le Mexique et les USA. Il engage une strip-teaseuse, moi, et deux jeunes.

Votre strip-tease a-t-il été difficile à apprendre?

Il m’a fallu un mois et demi. Les premiers jours, je ressemblais à Bambi lorsqu’il apprend à se tenir debout et se casse la figure. Je n’avais jamais exécuté ce genre de danse et en plus, dans la vie, je n’ai aucune coordination corporelle. Bref, il m’a fallu des semaines pour faire cela sans grimacer. Au final, je me suis bien amusée. Le strip-tease devrait être considéré comme un sport. C’est très physique.

Avez-vous fait installer un lieu dans votre nouvelle villa à 22 millions de dollars pour faire des strips à Justin Theroux?

Non, mais c’est une excellente idée! Je voulais être la meilleure stripteaseuse pour le film. Depuis le tournage, je n’ai plus essayé.

Aucune gêne devant les techniciens?

Le réalisateur a eu l’excellente idée de tourner cette scène dès le premier jour. Rien de mieux pour apprendre à se connaître (rire). J’étais super prête pour ma choré, mais je n’en menais pas large quand il s’est agi de me déshabiller. Mon but était de danser le mieux possible pour ne pas refaire la prise des heures durant.

Vous incarnez la mère de deux ados dans ce film, joués par Emma Roberts et Will Poulter…

Nous y voila! C’est l’heure de la traditionnelle question sur mon rôle de mère? Laissez-moi vous dire tout de suite que je ne suis pas enceinte, je ne vais pas me marier demain… J’ai la terrible impression d’avoir à me justifier à chaque fois.

Avez-vous la fibre maternelle?

Oui, je crois. J’ai énormément de copines qui ont des enfants. Au fil des années, je me suis construit ma famille. J’ai souvent des enfants autour de moi-même s’ils ne sont pas de mon sang.

N’avez-vous pas peur qu’il soit bientôt tard pour devenir maman?

Je ne me pose pas la question. Si cela doit arriver, très bien. Je suis déjà une super tata pour les enfants de Courteney Cox qui est ma voisine et toutes les autres. Je ne manque jamais d’enfants.

Est-ce que cela vous énerve lorsque la rumeur vous dit enceinte?

Je revendique le droit de prendre quelques kilos. J’ai suivi un régime draconien pour ce film. Mon entraîneur était dingue et mon alimentation stricte. J’ai passé des semaines sans manger ni féculents, ni sucre. J’avais trois repas à base de légumes et je buvais beaucoup d’eau. Mon coach, ce tyran, me faisait porter des poids ou m’attachait des élastiques à la taille avant de me faire courir. À la fin du film, j’ai tout arrêté: sport et régime. Alors forcément, j’ai pris des formes!

C’est aussi la première fois que l’on vous voit avec la même tenue peu avantageuse du début à la fin. N’avez-vous pas essayé de rendre votre rôle plus sexy?

Au contraire. C’est moi qui ai demandé que l’on me trouve les habits les plus simples pour incarner cette maman banale et cela permet de faire rire.

N’est-ce pas fatiguant d’être toujours la rigolote de service?

Non, j’aime faire rire. Je n’ai jamais eu peur d’être ridicule si cela peut provoquer un fou rire. Je viens de terminer un film noir «Life of Crime» dans lequel le public aura du mal à me reconnaître. C’est un thriller adapté d’un roman d’Elmore Leonard avec Tim Robbins et Isla Fisher.

Créé: 28.08.2013, 07h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.